Sos village d’enfant du Mali a 30 ans

114

Crée en 1987, le SOS village d’enfants a aujourd’hui 30 ans d’existence au Mali. Pour célébrer ce bel âge, l’Association malienne de village d’enfants SOS (AMVESOS) a organisé une fête au centre d’accueil ‘‘SOS village d’enfants’’ de Sanankoroba.

Plusieurs personnalités dont les partenaires européens œuvrant dans le domaine de l’humanitaire et notamment en faveur des enfants vulnérables ont pris part à ses festivités des trente ans de SOS Village d’enfant du Mali. Parmi, Mme Mariam Coulibaly première adjointe au maire de la commune de Sanankoroba, le secrétaire général du ministère de la solidarité et de l’Action humanitaire M. Baby, le directeur régional de SOS Afrique de l’Ouest et du centre, Benoit Piot, le représentant de SOS France, Daniel Barroy, la représentante de SOS Belgique, Mme Barbara Françoise Schimidbung, l’ambassadrice de la France au Mali Eveline Decorps.

Les partenaires ont exprimé toute leur satisfaction des réalisations et des efforts du SOS village du Mali à travers son président, Pr Mamadou Marouf Keita.

Cette cérémonie a distingué Mme Aicha Coulibaly pour son accompagnement depuis la création de SOS Village du Mali à maintenant. Elle a noté également le témoignage émotionnel de deux sortants de “village d’enfants SOS”. Ils ont exprimé tout leur sentiment de fierté d’avoir séjourné dans le village.

Au Mali ’‘SOS village d’enfants’’ dispose 4 centres dans les localités de Sanankoroba, Mopti, Kita et Kayes. Tous ces centres sont dotés d’un établissement scolaire et d’une infirmerie.

Le centre d’accueil ‘‘SOS village d’enfants’’ de Sanankoroba, comporte 15 foyers d’accueil qui abritent actuellement 137 enfants sur une prévision de 150. Tous les enfants admis ne sont pas des orphelins, certains ont été abandonnés dès la naissance et d’autres sont issus des parents souffrants de défaillances mentales, ils sont parfois issus des familles très démunies. Chacun de ces foyers comporte un père, une mère, une tante, et des frères et sœurs comme une famille normale afin que ces enfants ne ressentent pas l’absence de proches. Ces enfants sont encadrés jusqu’à leur insertion dans la cellule d’encadrement des jeunes à Bamako.

Mariam Camara

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here