Oumou Sangaré : « je chante pour venger ma mère »

43

Entretien avec la grande chanteuse malienne, Oumou Sangaré, porte-parole des femmes et business woman accomplie, à l’occasion de la sortie de son prochain album, Mogoya. La chanteuse malienne a rapidement conquis le cœur de ses compatriotes, mais également celui de la scène internationale. Toute sa carrière, Oumou Sangaré la dédie à sa mère, à sa vengeance, mais également à toutes.

C’est à l’âge de 5 ans que tout commence pour Oumou Sangaré. Lors d’un concours inter-scolaire, tout le monde tombe sous le charme du duo de danse et de chant que la fillette d’alors, à la voix déjà puissante, forme avec un camarade. « C’était trop beau » se rappelle-t-elle le visage rayonnant. La communauté comme envoûtée organise alors un concert au stade omnisports de la ville pour les deux enfants. Et elle se retrouve devant un public de 3 000 personnes rassemblées essentiellement pour elle.

Malgré les réticences de sa mère, Oumou tente sa chance et se fait repérer, à 16 ans, par le groupe Djoliba Percussion. Son père quitte très tôt le foyer familial, laisse Oumou, ses six frères et sœurs, et sa mère seuls. « Sans emploi, sans aides sociales qui n’existaient pas en Afrique à cette époque-là, la vie était très dure pour elle » déplore Oumou Sangaré. Alors, c’est en voulant aider sa mère qu’elle décide de quitter l’école et de commencer à chanter dans la rue, puis tous les dimanches et les jeudis dans les mariages et les baptêmes.

Dans son dernier album Mogoya, Oumou Sangaré prend une place de grande sœur qui a traversé beaucoup d’épreuves et guide les jeunes filles à suivre ses pas et à ne pas céder aux tentations négatives de la vie, comme le suicide, qui prend de plus en plus d’ampleur au Mali.


Source : Afrique360

Afrique360

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here