« Le Gouvernement décidé à assurer à notre pays une croissance économique forte et durable » dixit Dr. Boubou Cissé ministre de l’Economie et des finances

150

Ségou, capitale des balanzans, a abrité la traditionnelle rencontre entre les associations professionnelles des banques et établissements financiers (APBEF) et la presse privée. Présidée par le ministre de l’Economie et des Finances Docteur Boubou Cissé lequel participait pour la 2 ème fois consécutive à cette assise, cette 7ème édition a enregistré la présence des autorités administratives locales, des PDG de banques, des directeurs de publication, sans oublier le Doyen Thiona Mahtieu Koné, qui a fait une brillante présentation, le tout dans une atmosphère emprunte de cordialité et de fraternité au nom du développement du Mali. Après les usages traditionnels de bienvenue aux participants par les responsables locaux, les choses sérieuses pouvaient commencer.

Il faut surtout savoir que le thème de cette 7eme édition des journées de concertation Banque -Presse était consacré au « Financement bancaire des entreprises : Défis et Opportunités ». Le choix de ce thème répond aux préoccupations et critiques formulées par le public et la presse se fondant sur le principe selon lequel « les banques ne financent pas les entreprises ».
Voilà pourquoi Moussa Alassane a tenu à souligner la pertinence de cette thématique au moment où les pouvoirs publics inscrivent le secteur privé et les entreprises au cœur du développement économique durable et inclusif de notre pays. Selon lui, les travaux des éditions passées ont abouti à des résolutions et recommandations pertinentes qui ont constitué des repères pour les décideurs politiques, l’administration financière, les opérateurs économiques et le monde scolaire et universitaire.
Pour rappel, la forte croissance économique que le Mali a connue au cours des dernières années et la transformation structurelle de son économie exigent aujourd’hui la recherche des sources de financement endogènes, innovantes et inclusives pour les entreprises, en faisant appel à de nouvelles intermédiations fondées sur des instruments de mobilisation de ressources adaptées à la couverture des besoins des entreprises.
« Dans cette dynamique, les banques et les établissements financiers du Mali sont décidés à relever les défis et obstacles à la construction d’un secteur financier accessible à tous. Les efforts visent à assurer, aux petites et moyennes entreprises, petites et moyennes industries ainsi qu’aux micros entreprises portées notamment par les femmes et les jeunes, un accès durable et structuré à une large gamme de produits et services financiers » a fait savoir le président de l’APBEF Moussa Alassane Diallo pour qui « les PME sont les plus grandes créatrices d’emplois et de revenu national et contribuent grandement à la diversification économique ». C’est dans cette perspective que l’Association Professionnelle des Banques et Etablissement Financiers du Mali a inscrit dans ses priorités, en partenariat avec la presse privée, le renforcement de l’éducation financière des populations et la structuration des acteurs bancaires qui apparaissent essentielles pour le financement des entreprises.
Dans son allocution, le président de l’APBEF s’est dit réconforté par la présence du ministre Docteur Boubou Cissé à cette rencontre Banque – presse privée, 7e du genre : « Votre participation effective pour la deuxième année consécutive à nos travaux rassure sur votre détermination et votre engagement à ne pas être seulement le Ministre des Finances, donc gestionnaire de la trésorerie de l’Etat, mais aussi celui de l’Economie, donc à la recherche du bien - être des maliennes et des maliens ». Il a indiqué que « Les journées de concertation Banques - Presse Privée, exemple unique dans l’espace UEMOA, ont permis de conduire des échanges et des débats sur les grandes préoccupations économiques, financières de notre pays et sur le climat des affaires ».
Dans son discours d’ouverture, Docteur Boubou Cissé ministre des Finances a indiqué qu’il est difficilement concevable de parler d’entreprises économiquement viables et financièrement rentables, sans recours aux investissements et par conséquent à son financement. Pour lui, la relance économique ne peut se concevoir sans le financement adéquat des entreprises par le système bancaire. « Le Gouvernement du Mali, à travers sa politique économique, fait de la promotion des investissements l’un des moteurs de la croissance et du développement. C’est pourquoi, récemment, il a adopté une politique de promotion fondée sur le Partenariat Public-Privé, afin de mettre le secteur privé au cœur de sa stratégie », a fait savoir le ministre.
Le ministre a invité les participants à apporter leur contribution à la réflexion sur le renforcement des stratégies et des outils, pour la promotion d’une croissance économique durable. A ce titre, il est attendu des échanges des propositions innovantes de soutien aux entreprises afin qu’elles puissent jouer pleinement leur rôle dans la croissance durable et inclusive et la création d’emplois pérennes
Il n’a pas manqué de rappeler que son Département ne ménagera aucun effort pour soutenir les projets structurants, les activités génératrices de revenus, les initiatives porteuses de perspectives économiques à moyen et long termes. Il a rassuré les uns et les autres que le Gouvernement du Mali est décidé à mettre de son côté tous les atouts pour assurer à notre pays une croissance économique forte et durable, qui prend appui sur un cadre macro-économique assaini et une politique budgétaire prudente.
Docteur Boubou s’est félicité des taux de croissance satisfaisants au cours de ces dernières années en dépit des pesanteurs macroéconomiques néfastes. « Ainsi, le taux moyen de croissance économique est ressorti à 5%, grâce notamment au maintien et au renforcement de la stabilité macroéconomique et une politique budgétaire adéquate, à l’amélioration de la gouvernance et la consolidation des réformes » a déclaré le ministre des finances, convaincu que les efforts du Gouvernement se poursuivront au niveau du développement des projets structurants et porteurs de croissance ; de la consolidation du programme d’expansion des infrastructures de base ; de l’accompagnement du développement du secteur privé ; de l’accroissement de l’investissement dans les ressources humaines.
Ce n’est pas tout car monsieur Cissé a salué la contribution de qualité et l’accompagnement des banques maliennes dans la réalisation de tous les grands chantiers de développement initiés par le Gouvernement. « J’apprécie à la fois la disponibilité des banques mais aussi et surtout la promptitude avec laquelle, elles réagissent aux sollicitations de l’Etat » a-t-il dit.
Motif d’espoir, le ministre a ajouté que son Département encourage à maintenir et à entretenir jalousement cet espace d’échanges unique pour le bonheur de vos entreprises respectives et celui des populations pour lesquelles les banques investissent tous les jours.
C’est sur ces notes que les travaux de la septième édition des journées de concertation Banques-Presse se sont ouverts.
Nous y reviendrons.
Issiaka Sidibé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here