Modibo Sidibé : «Yanfolila peut être le grenier de l’Afrique…»

106

Après avoir visité une vingtaine de village pendant 72 heures dans le Wassoulou, le président des Fare-An Ka Wuli, Modibo Sidibé, fait un bilan partiel de sa tournée qui a débuté le mardi 14 mars 2017 dans le cercle de Yanfolila. Modibo Sidibé se dit rassuré par ses siens pour les échéances électorales de 2018.

Le Reporter : Président Modibo Sidibé, après trois jours de tournée, quel bilan partiel tirez-vous ?

Modibo Sidibé : En réalité, j’ai été requinqué par mes parents de Yanfolila. Dans le Wassoulou, chez moi, sans nul doute, ma victoire est assurée en 2018. En parlant du bilan pour ces trois jours intenses d’une tournée dans certaines communes du cercle de Yanfolila et plusieurs de ces villages, j’ai eu un nouveau souffle. J’ai compris que le parti est bien implanté dans le cercle de Yanfolila et il est sur le bon chemin pour les échéances électorales à venir. Mais j’ai remarqué aussi que beaucoup reste à faire, car le chemin est encore loin.

Dans les différentes localités visitées, j’ai entendu plusieurs doléances dont l’état dégradé des routes entre les chefs-lieux de commune et Yanfolila, l’état dégradé des ponts sur la rivière Djaban, la non couverture en réseau téléphonique des villages, les problèmes de l’orpaillage, le problème d’eau potable et celui de la transhumance des animaux dans les deux communes. Tous ces maux dont souffrent mes parents m’ont mis dans un état inexplicable. Que je devienne président en 2018 ou pas, je ferais de mon mieux dans la résolution de ces problèmes de mes parents. Le bilan partiel de la tournée est satisfaisant, sans ambages.

Est-ce que Yanfolila avec ses terres arables peut être pour le Mali une solution à la sécurité alimentaire ?

Je vous dis sans hésitation que Yanfolila peut être le grenier de l’Afrique. La terre que vous-même avez vue ici à Yanfolila, dans nos différentes localités visitées, vous montre à suffisance qu’il y a un atout potentiel dans le Wassoulou pour faire de notre Agriculture un exemple. Mais je déplore le manque d’initiative du gouvernement avec sa gestion calamiteuse du pays. Le fleuve Sankarani que nous avons traversé et les terres agricoles que nous avons vues nous poussent à dire que Yanfolila peut être le grenier de l’Afrique. Le Mali est très riche, mais mal exploité. Mais inchallah, quand les Fare seront aux commandes du pays, vous verrez que beaucoup de choses vont changer. Je ne vais jamais promettre quelque chose dont je serai incapable de faire, car la promesse c’est une dette. Ce que je demande à mes parents, c’est de faire tout pour que nous puissions être élus en 2018. Le reste, c’est à nous d’assumer.

Juste un dernier mot.

Mon dernier mot avant la fin de notre tournée est de dire seulement à mes parents de Wassoulou de faire la part des choses en 2018. Nous avons beaucoup de projets pour Yanfolila. Je lance un appel à mes sœurs et frères des localités qui recevront prochainement notre visite, avant la fin de la tournée, que le parti Fare c’est pour eux et il restera pour eux. Je demande à mes parents de me montrer que moi, Modibo Sidibé, je suis de Wassoulou.

Propos recueillis par Ousmane DIAKITE/Stagiaire

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here