Transport routier : Entrée en vigueur du reglement contre la surcharge le 1er Avril 2017

51

L’hôtel Laïco de l’Amitié a abrité lundi, un atelier d’information sur l’application intégrale du règlement n° 14/2005/CM/UEMOA. La cérémonie était présidée par le ministre de l’Equipement, du Transport et du Désenclavement, Traoré Seynabou Diop, en présence de ses collègues du Commerce, Abdoul Karim Konaté, de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé, de la Sécurité et de la Protection civile, le général de brigade, Salif Traoré, ainsi que du représentant résident de la commission de l’UEMOA dans notre pays, Hyacinthe François Akoko. Les représentants du Groupe de la Banque africain de développement au Mali (BAD), Abdoulaye Tandina, chef de file des PTF du secteur des transports et de l’Union Européenne étaient aussi présents. L’atelier d’information a été organisé dans le cadre de la sensibilisation des usagers routiers sur la déclaration des ministres en charge des infrastructures et du transport routier des Etats membres de l’UEMOA, du Ghana et de la Guinée Conakry. La mise en œuvre du règlement 14, selon le chef de file des PTF du secteur des transports, contribuera à la durabilité des investissements dans le secteur routier. Concernant l’entretien routier et le Fonds routier, le représentant de la BAD a noté, avec satisfaction, les dispositions prises par le gouvernement pour l’évolution vers un Fonds de seconde génération et l’augmentation des ressources du Fonds d’entretien. Par ailleurs, il a indiqué que le coût de la dégradation des chaussées, due à la surcharge, est estimé entre 25 et 37 milliards de Fcfa par an, et le surcout financier de la sécurité routière est de l’ordre de 2,35 milliards de Fcfa en 2010. Le représentant résident de la commission de l’UEMOA, Hyacinthe François Akoko, au nom de son président, a remercié nos autorités pour avoir associé le bureau de représentation de l’UEMOA à cet atelier dont le thème est d’une importance capitale pour le développement des économies des pays de la sous-région. Il a ensuite souligné l’engagement de la Commission pour soutenir la politique de développement des corridors et de facilitation des transports, dans le processus de construction du marché commun, caractérisé par la libre circulation des personnes et des biens. En outre, il a rappelé la 3ème réunion ministérielle sur le contrôle sur la surcharge, tenue à Ouagadougou du 17 au 18 juin 2015 au cours de laquelle, les ministres ont proposé une stratégie communautaire de lutte contre la surcharge routière pour la période 2015-2016. Cette stratégie n’est pas appliquée par l’ensemble des Etats membres, a-t-il déploré avant de souhaiter que l’ensemble des acteurs soient outillés, au terme de l’atelier, en vue d’une application effective du règlement au 1er avril 2017. Pour le ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, le présent atelier est un facteur d’approbation des résolutions de la Déclaration pour l’ensemble des acteurs et professionnels du transport de notre pays. Elle a mis aussi l’accent sur le défi majeur que constitue la surcharge et ses conséquences pour le Mali. Ainsi, les pertes occasionnées par la dégradation des chaussées due à la surcharge sont estimées à 40 milliards de francs CFA par an, soit l’équivalent de plus de 130 km de route en béton bitumeux, a-t-elle précisé. Pourtant, le surcout financier de la sécurité routière s’élève à environ 3 milliards de franc CFA. Le ministre Diop a fait le bilan et évoqué le calendrier du 1er février et du 1er avril 2017. A partir du 1er février, les ports doivent être équipés de pèse essieu et procéder au pesage et au délestage avec des amendes conformes au règlement n° 14 de 20 000 Fcfa par tonne de surcharge pour le trafic national et 60 000 Fcfa par tonne de surcharge pour le trafique international. Le dépassement de la hauteur limite de 4,5 mètres de gabarit est sanctionné par une amende de 100 000 Fcfa. Toute plateforme ayant manqué aux dispositions citées ci-dessous sera amendée à 200 000 Fcfa par véhicule surchargé.

SIDY AHAMADOU BAH

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here