CHU du Point-G : Un grand corps malade

44

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) du Point G, hôpital de 3e référence au Mali, est depuis des mois dans une situation lamentable. Il n’a plus cet espoir de survie pour les malades à cause d’un plateau technique qui se dégrade de jour en jour par la négligence de l’administration et du département de la Santé et l’Hygiène publique.

 Le CHU du Point-G n’est plus que l’ombre de lui-même. Il n’incarne plus l’espoir de survie pour les populations malades du Mali. La performance de l’établissement, naguère le “meilleur du Mali”, est en chute libre depuis des mois.

Le problème est à tous les niveaux, de la salle de consultation aux salles de radiographies en passant par le service laboratoire et même aux guichets. Peut-on imaginer un hôpital de 3e référence sans alcool 90°, seringues ou simples gants ?

Cette triste réalité est une habitude au Point G. Selon le directeur général de l’hôpital, Pr. Idrissa H. Cissé, ce manque s’explique par la mauvaise exécution du contrat-plan qui lie son établissement à la Pharmacie populaire du Mali (PPM).

“La PPM n’a jamais 40 % des produits dont on a besoin. Mais, en plus elle ne donne pas l’autorisation d’en acheter avec d’autres fournisseurs agréés. On ne peut pas comprendre qu’il manque des choses élémentaires comme l’alcool et les gants”, déplore-t-il.

Pis encore, Point G en manque d’appareils de radiographie, de dialyse, de scanner, d’échographie. Le scanner, non opérationnel depuis le 9 novembre 2016, est arrêté pour un problème de tube de 102 millions de F CFA. Sur ce dysfonctionnement, les autorités hospitalières s’accusent.

Pour le DG, le problème du scanner découle d’”une négligence coupable du chef de service de radiographie”. A l’en croire, ce dernier fait intervenir des maintenanciers sans passer par la direction, “ce qui n’est pas normal”, dénonce-t-il.

Le service de radiographie, Pr. Siaka Sidibé, charge la direction pour ce qui concerne l’arrêt des appareils de son service. “Le technicien chargé de l’entretien du scanner avait annoncé dans son rapport d’entretien trimestriel de juin 2016 le problème de tube. Les problèmes des autres appareils de radiographie sont juste des problèmes d’entretien”, se défend-il.

Le même problème d’entretien des appareils est évoqué au service laboratoire où certains équipements ne sont pas opérationnels faute de réactif.

En plus de ces maux, le détournement de fonds des prestations est devenu le moyen de s’enrichir pour des agents du service d’entrée (guichets). “Du premier janvier au 30 juin 2016 nous avons constaté le détournement de 66 millions de F CFA dans les caisses. A ce jour, deux personnes sont déférées afin de mettre fin à cette pratique”, témoigne le DG du CHU.

Youssouf Coulibaly      


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here