Grève illimitée des agents de la santé : L’Etat fait un geste de 25% d’augmentation

272

Selon les informations qui nous sont parvenues, le dialogue entre le département de la Fonction Publique et le Syndicat se poursuit. Certes, il y a des divergences entre les deux parties ; mais, les pourparlers continuent. Déjà, une augmentation de 25% de primes spéciales de fonction sur l’existant de chaque prime par catégorie a été annoncée. Les négociations coincent plutôt sur la bi-appartenance que le Gouvernement trouve illégale et les autres primes relevant avant tout du code de travail malien et qui, en principe, sont à la charge de l’hôpital.

Face à la grève illimitée déclenchée par les Agents de la Santé, depuis au moins 18 jours, l’Etat malien manifestement suit les pourparlers. Selon les informations recueillies, le Gouvernement cherche toujours une porte de sortie ; mais, les syndicats se campent sur leur position, en se référant sur leur base.

En effet, l’un des points de discorde se situe au niveau de l’anticipation de la mise en application effective des 9 points de l’Accord signé le 9 novembre 2016 entre les deux parties par la Commission de conciliation constituée à cet effet.

En fait, pour l’instant, les syndicalistes ramènent à ce mois de mars la rentrée en vigueur la décision du 9 novembre 2016 convenue avec le Gouvernement (soit quatre mois au lieu des six mois convenus).

Ensuite, selon toujours notre informateur, la proposition faite par le Gouvernement a été rejetée par les syndicalistes.

A savoir : 25% d’augmentation de la prime spéciale de fonction sur l’existant qui est de 100.000 francs CFA pour la catégorie A ; 75.000 francs pour ceux de la catégorie B2 ; 50.000 francs pour ceux de la B1 ; 25.000 francs pour ceux qui sont de la catégorie C et 15.000 francs pour les D et les E comme prévu par la loi.

Les autres désaccords, portent sur la prime de la bi-appartenance ; c’est-à-dire, les primes payées aux Professeurs et autres spécialistes qui viennent parfois donner des soins dans les hôpitaux. Sur cet aspect, il parait impossible que l’Etat s’engage ; car, c’est une pratique non conforme à la loi en vigueur en la matière.

Les primes de monture que l’Etat considère comme illégal. On nous fait comprendre que cette prime de monture n’existe pas dans la nomenclature des primes de notre pays. De ce fait, ceux qui ont droit à des véhicules les ont en plus du carburant. Mais, par contre, si les autres n’ont rien reçu c’est parce qu’ils n’en ont évidemment pas droit. C’est aussi simple que ça !

Quant à la prime de garde, ce sont les hôpitaux qui doivent en assurer la charge. Mais pas l’Etat.

Par ailleurs, l’amélioration des conditions de vie et de travail relève de l’approbation de leur Conseil d’Administration.

Pour l’intégration des agents contractuels dans la Fonction publique, il y a lieu de se référer à la loi en vigueur. Selon un spécialiste, il y a des critères préalablement établis. Aussi, sur les 191 agents contractuels au temps du Ministre Wahab Berthé, 148 dossiers encore valables sont en cours d’étude. Les travaux de commissions ne sont pas terminés, ils sont au niveau de la réflexion. Donc, le processus d’intégration est en vigueur.

Afin de mettre fin à cette grève illimitée qui n’a que trop duré, pour un départ, l’Etat, dans les meilleurs des cas, souhaiterait que les pourparlers aboutissent à un compromis et que le Syndicat de la Santé accepte les 25% de prime de fonction spéciale proposée.

Source : aBamako

aBamako