Entretien avec Dr Wantaraba Keita : “L’acupuncture ne doit pas disparaitre”

31

En retraite depuis 1998, Dr Kéïta a ouvert un cabinet pour venir en aide à la population sikassoise. Spécialiste en acupuncture chinoise, il bénéficie de la confiance de la Chine pour relever le défi dans la 3ème région.

Après qu’il nous ait prodigué quelques séances, il accepte un échange franc et sincère sur cette médecine.

A la suite de sa formation en Chine, il intègre la fonction publique en 1975. Et puis, il forme 5 infirmiers d’état en cette médecine, l’acupuncture. “Malheureusement, ils sont tous décédés.”, dit-il.

Et depuis, soutient-il, les jeunes n’ont pas accepté de subir cette formation. D’où officiellement, indique-t-il, il demeure l’unique acupuncteur de la région.

L’acupuncture, selon lui, est une vieille médecine de la Chine depuis les empereurs chinois. C’est une médecine énergétique qui se fait avec aiguilles. Et ces aiguilles sans trou servent à attirer l’énergie ambiante pour la mettre dans le corps. Donc, il s’agit de compléter s’il y a manque ou de retirer s’il y a surplus pour harmoniser le contenu du corps.

Concernant l’utilisation des aiguilles, M. Kéïta affirme qu’il faut savoir que c’est des aiguilles spécifiques. Utilisées, elles sont trempées dans un antiseptique jusqu’au lendemain, puis elles sont bouillies pour de nouveaux emplois. D’autres patients, affirme Dr Kéïta viennent avec les leurs reçues avec les chinois depuis Bamako. L’appareil servant au travail est un stimulateur, il sert à augmenter l’énergie de l’aiguille. Cette aiguille qui est placée dans des parties sensibles. Il regrette de ne pas avoir quelqu’un pour la relève.

En décidant d’ouvrir ce petit cabinet, il martèle se mettre au service de la population pour son soulagement. Effectuant à des séances, une séance coûte 850 F CFA.

Concernant ses relations, il n’en a aucune avec la Chine à nos jours. Mais, il souhaite l’en renouer pour que cette médecine générale ne puisse pas disparaitre au Mali. Et pour que, malgré son âge 78 ans, il puisse se perfectionner pour le bonheur des populations.

Aux autorités, il souhaite qu’elles puissent permettre aux jeunes de se former dans cette médecine très importante à travers son introduction dans le programme de certaines écoles de santé. “Même une simple initiation.”, soutient-il. Puisque l’acupuncture peut vite soulager toutes sorties de maladies et c’est une médecine dans laquelle on ne parlera jamais de surdosage. Loin d’être une panacée, l’acupuncture peut jouer un très grand rôle de soulagement.

B. DABO


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here