Sans Tabou: erreur ou bavure policière ?

132

La marche pacifique du Collectif des syndicats enseignants du mercredi dernier a enregistré au moins six blessés suite à l’usage inopiné et inopportun d’un gaz lacrymogène par un policier contre les manifestants dont il participait à la protection. La réaction injustifiée dudit policier, qui semble agi sans l’ordre, a envenimé la tension des enseignants, déjà en colère contre les pouvoirs publics.

Depuis cet incident malheureux, les critiques fusent de partout à l’encontre de la police qui était chargée de sécuriser la manifestation. D’ailleurs, ces critiques et interpellations sont dotant fondées et pertinentes, qu’il ne s’agit pas d’une première fois qu’une marche pacifique soit réprimée dans le sang suite au comportement malveillant de porteurs d’uniformes qui ont la gâchette facile. Aucun comportement de la part des enseignants marcheurs ne justifiait cette réaction incontrôlée et extrême de l’agent fautif. En effet, les enseignants ne tenaient que des banderoles et des pancartes sur lesquelles l’on pouvait lire des messages à l’endroit des autorités. Loin d’eux, une quelconque volonté de défier quiconque. La seule arme qu’ils disposaient était leur bouche pour revendiquer leurs doléances.
L’usage du gaz lacrymogène a rapidement changé la cible des marcheurs qui, au lieu de continuer à scander leurs slogans revendicatifs, se sont lancés dans des critiques à l’encontre des forces de l’ordre.
Les enseignants ont énergiquement dénoncé cette férocité des policiers à leur égard alors qu’ils ne faisaient que réclamer leur droit. Aussi, les Maliens sont-ils nombreux à interpeller les porteurs d’uniformes sur des mesures disproportionnées de cette nature.
Dans la situation actuelle que traverse notre pays, la hiérarchie sécuritaire doit s’atteler davantage à mettre de l’ordre dans le rang des forces du désordre. Surtout quand il s’agit de maintenir l’ordre au cours des manifestations aussi sensible que la marche des enseignants, du mercredi dernier. Une corporation qui est naturellement pacifique au regard de la mission d’éducation et de formation dont elle a la lourde charge d’accomplir.
Si les lois en vigueur, dans notre pays, autorisent la violence policière lorsqu’elle est commanditée par le gouvernement dans le but de protéger les citoyens d’actes criminels, rien ne justifie des brutalités injustifiées d’un agent contre un ou des citoyens qu’il doit protéger. Même dans le premier cas, les policiers sont tenus de n’employer la force qu’à des fins légitimes ou pour exécuter des ordres légitimes et ce, proportionnellement au risque couru.
Aujourd’hui pour se disculper des critiques qui l’accablent en longueur de journée, la hiérarchie sécuritaire doit envisager désormais d’extirper de ses rangs les brebis galeuses qui ternissent l’image de nos forces de sécurité.

PAR MODIBO KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here