A cause des 9,2 milliards CFA de la banque mondiale : Les ex-rebelles subitement dociles avec le gouvernement

53

Pour la réinsertion des ex-combattants, la Banque mondiale fait don de plus de 9,2 milliards de F CFA au gouvernement malien. De quoi attiser l’appétit des ex-rebelles dont les chefs ont élu domicile dans la capitale. Subitement, ils sont devenus dociles avec les autorités maliennes.

Le montant est faramineux et fait rêver sur le terrain, au nord et dans les camps de réfugiés : La Banque mondiale (BM) apporte une somme considérable dans la cagnotte du processus de paix avec un don estimé à 9,2 milliards de F CFA. Une somme qui sera mise à la disposition du gouvernement du Mali pour le financement du projet de réinsertion des ex-combattants.

Ce geste intervient à un moment où le principal partenaire du processus, la Minusma commence à abandonner certaines charges liées au processus notamment la question du DDR. Un tel investissement demande forcément un minimum de consensus de la part des signataires.

Depuis l’annonce de ce don, les ex-rebelles jubilent et ne quittent plus la capitale qu’ils boudaient. Ces derniers mois, Bamako notamment les hôtels de luxe sont devenus les lieux de prédilections d’Alghebass Ag Intallah et autres compagnons qui brillaient par leurs absences aux rencontres en faveur de l’accord. Depuis qu’il a été confirmé que la Banque mondiale s’apprête à assister le Mali dans la gestion de la réinsertion, les leaders de l’ex-rébellion sont devenus maniables et font les yeux doux au gouvernement, aux partis politiques et mêmes dignitaires religieux.

Tous les moyens sont bons pour prouver leur bonne foi. Pourtant, rechignant à participer à la Conférence d’entente nationale, les ex-rebelles ont compris qu’il fallait être de ce rendez-vous de la paix, devenu une condition indispensable de l’obtention de ses dividendes.

A la Conférence d’entente nationale, Alghebass Ag Intallah a pris le contre-pied de tout le monde, il a fait part de sa volonté de faire cause commune avec les autres. Cependant, son attitude est loin d’être fortuite, elle participe du plan visant à profiter de ce financement de la Banque mondiale.

Controverse

Au même moment, la Commission nationale en charge du désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion (CNDDR), dirigée par l’ancien chef rebelle et ex-ministre, Zahabi Ould Sidi Mohamed, tente de jouer à la diversion.

Elle vient de fomenter une simulation de DDR à laquelle les principaux responsables politiques et militaires de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ont pris part. Auparavant, Zahabi, dans sa commission qui siège à la Cité du Niger, se faisait entourer pour l’occasion des hommes de la CMA.

Le but est clair : parvenir au partage de ce que certains qualifient de butin de guerre. Illustration parfaite de ce mépris : c’est le même Zahabi qui s’est empressé pour la signature de ce don. Pour le démarrage du processus de DDR, le gouvernement du Mali a déjà mobilisé 10 millions de dollars.

Un montant ajouté aux 15 millions de dollars de la Banque mondiale qui font des heureux dans les rangs des ex-rebelles. Et on parle du démarrage effectif du processus des DDR prévu dans moins de 15 jours.

A. M. C.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here