Formation des journalistes sensibles aux conflits: Une lutte sans relâche de l’Ajpv

26

Depuis sa création en 2007 jusqu’à maintenant, l’Association des journalistes pour la paix et la non-violence (Ajpv), qui lutte inlassablement pour la formation d’un journalisme sensible aux conflits, a initié plusieurs séries de formation à l’endroit des journalistes maliens.
Créée pour contribuer à la prévention, la gestion et la résolution non violente des conflits au Mali et en Afrique, l’association des journalistes pour la paix et la non-violence (AJPV) a pour objectifs : Promouvoir la paix, développer une expertise pour la culture de la paix, la démocratie, sensibiliser, former et informer sur la problématique de la paix. Pour atteindre ces objectifs et sous la houlette de son président, Alhassane H Maiga non moins Fondateur du journal ‘’ Le Matin’’ et Chargé de Communication au Ministère de la Defense, l’Ajpv a recours à la formation, à la culture de la non- violence, la sensibilisation, la production, la collecte, le traitement et la diffusion de l’information, à l’intention de ses membres, populations et institutions. Ce n’est pas tout, très active sur le terrain, l’AJPV a organisé aussi plusieurs sessions de séminaires, stages, colloques, conférences- débats etc.
Regroupant, aujourd’hui, une trentaine de médias de la presse écrite et orale, l’Ajpv travaille dans le domaine des Gnvc–gestion non violente des conflits - depuis 2007. Elle a déjà organisé une vingtaine de formations en renforcement des capacités à l’attention des jeunes journalistes. Nous pouvons citer entre autres : « la Commémoration des journées internationales de la paix et de non-violence autour du thème : « journalisme et paix, quelle adéquation ?» ; « la Consolidation de la paix au nord du Mali : le rôle de la presse dans la mise en œuvre des accords d’Alger » ; « l’Atelier sur « Rôle de la presse écrite et orale dans la lutte contre la violence dans le district de Bamako » ; « le Forum : « Le marché d’expérience et d’expertise sur la lutte contre la violence par les médias dans le district de Bamako » ; « l’Atelier de formation des journalistes sur le thème : « médias de paix et non-violence » ; « Atelier de formation des journalistes sur le traitement de l’information en période de crise pour la promotion de la paix et la non-violence » ; « le Renforcement des capacités des journalistes en techniques de recherches et traitement d’information pour une amélioration de la qualité de leurs articles en faveur de la Paix » ; « Concours « Meilleurs reportages sur la Paix et la Non-violence au Mali » ; « Atelier de formation sur les questions de paix, des droits de l’Homme, la diversité culturelle, la prévention et la résolution des conflits, à l’intention des animateurs et jeunes journalistes » ; « Les journalistes dans la promotion des droits humains et de la culture de la paix » ; « Médias dans la promotion de la Diversité culturelle » ; « Médias dans la promotion de la réconciliation nationale »...
La dernière en date, c’est la tenue d’un séminaire (les 23 et 24 décembre 2016 à la Maison de la presse) de réflexion sur les enjeux et défis de la loi sur la presse. Ce séminaire a regroupé toutes les organisations faitières de la presse malienne.
Toutes ces activités organisées par l’Ajpv sont rendues possibles grâce à l’appui financier de l’Unesco. Une organisation qui, grâce aux sérieux et à la détermination de l’Ajpv, a décidé de l’aider dans son combat noble : la formation des journalistes en situation de conflit.
En tout cas, force est de reconnaitre que l’Ajpv est une association qui n’est pas portée sur les fonts baptismaux pour amuser la galerie. Elle est une véritable école de formation de jeunes journalistes.
Aliou Touré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here