Grève des enseignants : Mohamed Ag Erlaf sur des braises ardentes

116

Malgré le changement à la tête du ministère de l’Education nationale, les enseignants sont catégoriques sur leur statut autonome.

A la faveur du remaniement de mardi soir, l’ancien ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, Mohamed Ag Erlaf, a hérité du portefeuille de l’Education nationale en remplacement de Kénékouo dit Barthélémy Togo.

Le secteur est en pleine ébullition avec la grève des enseignants qui réclament l’obtention d’un statut autonome. Une équation difficile à résoudre face à la détermination des syndicats des enseignants prêts à en découdre avec le gouvernement pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie.

A la veille du remaniement, les enseignants avaient marché sur ministère de la Fonction publique en passant par le ministère de l’Education nationale pour dénoncer l’injustice et la marginalisation du corps enseignant. Ils avaient, aux termes de cette marche, invité le gouvernement à l’application du protocole du 5 janvier 2017 qui accorde, entre autres, un statut autonome à l’enseignement.

Mohamed Ag Erlaf, pragmatique et expérimenté, devra mettre tous les atouts de son côté pour ramener les enseignants à la table de négociations pour la bonne marche de l’école malienne paralysée depuis plusieurs mois.

O.D.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here