Mali : 3000 dépositions enregistrées par la Commission justice, vérité et réconciliation

31

La Commission justice, vérité et réconciliation (CVJR) du Mali a atteint sa « visite de croisière » pour avoir enregistré plus de 3000 dépositions émanant au moins d’une centaine de victimes, a déclaré, jeudi à Bamako, Ousmane Oumarou Sidibé, président de ladite structure.

Img : Mali : 3000 dépositions enregistrées par la Commission justice, vérité et réconciliation
‘’Du 3 janvier à aujourd’hui nous avons enregistré plus de 3 000 dépositions. Parmi ces dépositions il y a au moins une centaine de victimes que nous avons identifiées qui sont dans un besoin urgent d’accompagnement psychologique et médicale. Nous avons identifié des ONG et des experts pour signer des conventions avec eux et référer ces personnes-là pour la prise en charge’’, a notamment affirmé M. Sidibé.

Les antennes régionales ont ouvert depuis le 3 janvier et, selon M. Sidibé, ‘’les dépositions continuent de façon active’’.

Sur le mandat de la CVJR, Ousmane Oumarou Sidibé a tenu à faire la différence entre sa commission et la justice malienne. ’’Ce que nous faisons, a-t-il souligné, ce sont des enquêtes non judicaires. C’est la justice malienne qui fait des enquêtes judiciaires. Notre travail est extrêmement important.’’

La CVJR qui projette de rendre visite aux victimes ne pouvant pas se rendre auprès d’elle, a été créée le 15 janvier 2014 pour enquêter sur les cas de violation graves des droits de l’homme individuelles et collectives au Mali et ‘’spécifiquement celles commises à l’égard des femmes et des enfants.’’

Les travaux de la commission couvrent la période qui ‘’s’étend de 1960 à 2013 et portent sur l’ensemble des causes des conflits ayant affecté le nord du pays.’’

La CVJR a également pour mission de repérer et d’identifier les victimes avant de mener des enquêtes.

Elle compte 25 commissaires, représentant la diversité du Mali, soit les femmes, les groupes armés, les jeunes, les groupes armés signataires de l’accord, la société civile, etc.

La commission a un mandat initial qui court jusqu'en fin 2018. Une éventuelle prorogation n'est pas écartée, a indiqué Ousmane Oumarou Sidibé.

AD/cat/APA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here