Rénovation de la salle plénière de l’assemblée nationale du Mali : Rendons à Isiaka SIDIBE la gloire qu’il mérite

46

Le philosophe Grec Démocrite disait ceci : ‘’De rien, rien ne peut sortir’’. Si le Président IBK devrait traduire ce maxim en latin, il dira comme suit ‘’A nihilo ni hil fit’’.

N’a-t-on pas dit que gérer c’est prévoir, c’est organiser, c’est contrôler, c’est d’informer etc… Pour être un gestionnaire, il faut un mélange de toutes ces activités. C’est ce que vient de prouver le Président de l’Assemblée Nationale l’honorable Issiaka SIDIBE.

Par définition le cadre a pour responsabilité de créer un tout qui est supérieur à la somme de ses parties, une entité productive dont il sort plus que la somme des ressources qu’on y a mises. C’est l’analogie avec le chef d’orchestre qui vient à l’esprit : par ses efforts, sa vision et son leadership, des parties instrumentales individuelles qui ne sont en elles-mêmes que des bruits deviennent une tonalité vivante : la musique. Mais le chef d’orchestre dispose de la partition écrite par le compositeur, donc il n’est qu’un interprète. Le cadre lui est à la fois le compositeur et le  chef d’orchestre. Compositeur Issiaka SIDIBE l’est ! Chef d’orchestre Issiaka SIDIBE l’est à l’Assemblée Nationale du Mali.

Dans l’ordre hiérarchique des Institutions  de la République du Mali l’Assemblée Nationale vient en 3ème position après le Président de la République, le Gouvernement. L’Assemblée Nationale vote la loi de la République, ratifie les traités internationaux contrôle l’action  gouvernementale  et concoure à l’évaluation des politiques publiques.

Pour rappel pendant la colonisation l’Assemblée s’appelait Assemblée législative du Soudan français jusqu’à l’indépendance de la Fédération du Mali. Après l’éclatement de cette éphémère fédération du Mali et du Sénégal, elle a pris le nom de l’Assemblée Nationale du Mali. Le premier Président de la République en la personne de Modibo KEITA a été élu par elle en 1960. Elle comptait 80 membres. La plénière et les délibérations se tenaient dans l’actuelle salle qui porte le nom du Premier Président de l’Assemblée Nationale du Mali. Il s’agit de Mahamane Alhassane HAIDARA. Les conditions de travail étaient rudimentaires à l’époque, mais les députés faisaient avec. Ils ont même dans ces conditions su réaliser de grandes choses confortant la nation malienne. De 1980 à 1978, le Mali a été géré par un régime d’exception créé par le coup d’Etat de 1968. A partir de 1978, un parti unique à savoir l’Union Démocratique du Peuple Malien (UDPM) a été créé par le régime du Général Moussa TRAORE (GMT). Les élections générales du 15 mai 1979 ont élu le Général Moussa TRAORE comme Président de la République et 82 députés.

Entre temps avant la rentrée parlementaire, le GMT avait réussi à réhabiliter l’ancien édifice de l’Assemblée Nationale grâce à l’aide de la Coopération Yougoslave sous la direction du Marechal TITO grand ami du Mali depuis la première République. Cette réhabilitation a constitué à créer tout d’abord une nouvelle salle de plénière garnie de boiserie intérieure et décorative rappelant à souhait les sceaux de la République. Egalement des blocs administratifs, parlementaires pour les groupes de partis politiques, la création d’un espace de repos et de détente pour les députés, portant le nom de Mamadou KONATE, premier Président de l’Assemblée Nationale du Soudan de 1947 à 1957 des blocs sanitaires, des allées et des couloirs de liaison entre les  blocs,  , la réalisation de fresque représentant le travail quotidien des représentants du peuple malien ont été réalisés, rendant ainsi l’Assemblée Nationale fonctionnelle.

En mars 1991 est intervenue une révolution populaire dont l’épilogue  a été un coup d’Etat le 26 mars.Cette révolution a abouti à la mise en place d’une démocratie plurielle à travers l’adoption d’une nouvelle constitution et des élections libres et démocratiques suivant le chronogramme  qui  suit : en février 1992 vote en faveur de  la nouvelle constitution, les 23 février et 9 mars 1992 pour l’élection de 116 députés et le 16 avril 1992 pour l’élection du premier président du Mali démocratique  en la personne du Professeur Alpha Oumar KONARE.

L’espace et le nombre de sièges disponibles convenaient pour une centaine de députés contre 116 élus en 1992 et 147 élus en 1997. L’exiguïté de la salle plénière est devenue aussitôt un handicap pour la bonne marche de la 3ème institution de la République. Pour parer au plus pressé, des tables ont été installées devant pour combler le manquant des sièges. Mais elles n’étaient pas confortables  pour un bon travail parlementaire. Cette situation a continué sous les Présidents Ali Nouhoum DIALLO (1992-2002), Ibrahima Boubacar KEITA (2002-2007), le Professeur Dioncounda TRAORE (2002-2012). Aucun de ses honorables présidents n’a  eu le reflexe  un temps soit pour  alléger la souffrance des députés en matière de sièges confortables et suffisants. De 2007-2012, le Président Dioncounda avait tenté d’élaborer un projet pour une délocalisation de l’actuelle Assemblée en faisant faire des plans par l’Architecte Feu Baba CISSE du Bureau d’Etude, d’Architecture et d’Urbanisme (BEAU). Le mandat de la quatrième législature a pris fin  en décembre 2013, sans qu’on ne parvienne à régler les notes de l’Architecte qui est décédé en 2016.

Il a donc fallu l’arrivée de l’honorable Isiaka SIDIBE en 2014 à la tête de l’institution pour penser à aménagement d’une salle plénière ultramoderne, suite aux constats faits lors de ses multiples déplacements à l’international dans les autres Parlements. Son bon flair et son génie d’organisateur  ont permis de recevoir en retour une oreille attentive du Président de la Turquie RECEP TAYIP Erdogan, grand ami du Peuple malien. Ce dernier a bien voulu accepter le financement de la salle plénière appelée salle Modibo KEITA. Après 16 mois de travaux, voici que cette salle qui porte le nom du Premier Président du Mali indépendant Modibo KEITA, vient d’être dotée de technologie de pointe et  de dernières générations et équipée notamment d’écrans géants, de système de vote automatique, de système de calcul automatique du temps des interventions. De même, la  place de chaque honorable   député est reliée à un micro et un casque de traduction.

En plus du revêtement total des murs et du sol, le nombre de siège est passé à 160,contre au paravent 100 pour 147 députés. L’honorable Isiaka SIDIBE doit être très fier pour avoir incontestablement écrit en lettre d’or son passage à la Présidence de la 3ème institution du Mali pour cet exploit exceptionnel dans l’intérêt de notre démocratie. Il a reçu là ou tous ses prédécesseurs y compris le Président IBK ont échoué. Il mérite le djandio des ‘’boulas’’ et la médaille de grand officier de l’ordre nationale du Mali pour rendre à l’homme la gloire qu’il mérite. Malheureusement dans notre pays, les plus méritants sont toujours calomniés, combattus jusque dans leur vie privée.

Par cet acte le Président Issiaka s’est mis  au-dessus de la mêlée et de la cacophonie qui animent la gouvernance actuelle du pays. Bravo Issiaka SIDIBE, seuls des actes nobles sont retenus par l’histoire. Votre acte est patriotique. Avec cet acte hautement patriotique vous rejoignez la courte liste des heros du Mali qui ont rejoins le panthéon de l’histoire

Badou S. KOBA  


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here