Nouvelle équipe gouvernementale : Une ouverture qui présage de la reprise du dialogue social

51

Si l’équipe formée (mardi 11 avril 2017) par le Premier Abdoulaye Idrissa Maïga, n’est pas la «Dream Team» attendue par la majorité des Maliens, l’ouverture à la société civile (CAFO) et au syndicalisme (UNTM) peut être interprétée comme un signe d’ouverture au dialogue social. Ce qui est une nécessité absolue parce que le pays n’a pas besoin d’une autre source de tension en plus du front du nord qui s’élargit progressivement au centre.

 

Nommé Premier ministre du Mali le 8 avril 2017, M. Abdoulaye Idrissa Maïga a communiqué la liste de son gouvernement le mardi soir (11 avril 2017). Le nouveau gouvernement compte 35 membres contre 33 dans la précédente équipe dirigée par Modibo Kéita. A noter que 25 ministres ont été reconduits, pour seulement dix rentrants.

Contrairement à la promesse faite aux femmes par le président de la République le 8 Mars dernier, le nombre de femmes dans le gouvernement est resté le même (8) avec deux sorties (Sangaré Oumou Bah et Dr Marie-Madeleine Togo) deux entrées. Il s’agit de Mme LY Taher Dravé (ministre de la l’Elevage et de la Pêche) et Mme Traoré Oumou Touré (Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille). Le nouveau Porte-parole du gouvernement est Abdel Karim Konaté «Ampé» qui conserve aussi le portefeuille du Commerce. Il détient le maintenant le record de longévité puisqu’il est entré au gouvernement depuis la période intérimaire.

Limogé en septembre 2016 suite à une vague d’attaques contre les forces armées maliennes, Tiéman Hubert Coulibaly (Union pour la Démocratie et le Développement, majorité) revient dans l’exécutif en tant que N°3 de la nouvelle équipe et s’occupe désormais du portefeuille de l’Administration territoriale.

Le N°2 est aussi un revenant en la personne de Tiéna Coulibaly (Défense et Anciens Combattants) qui a avait été ministre des Finances avant d’être nommé ambassadeur du Mali aux Etats-Unis. Son nom avait été d’ailleurs cité parmi les potentiels locataires de la Primature après Modibo Kéita.

Face à la grogne sociale marquée par des grèves illimitées qui paralysent l’Education et la Santé, le gouvernement s’est ouvert à l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM, première centrale syndicale du pays).

Ainsi, le portefeuille de l’Emploi et de la Formation professionnelle est confié au Secrétaire général adjoint de l’UNTM, Maouloud Ben Kattra. La présidente de la Coordination des Associations et ONG féminines du Mali (CAFO) est aussi nommée ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Le Professeur Samba Sow ou «Monsieur anti-Ebola» (conseiller spécial du président de la République sur les questions de santé) fait aussi son entrée comme ministre de la Santé et de l’Hygiène publique. On note également la création d’un ministère Droits de l’homme et de la Reforme de l’Etat confié au célèbre avocat, Me Kassoum Tapo.

Des barons du RPM (parti présidentiel majoritaire à l’Assemblée nationale) comme Ousmane Koné (Environnement), Mahamane Baby (Emploi et Formation professionnelle), Mme Bah Oumou Sangaré (Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille), Kassoum Denon (Agriculture)… ont été remplacés dans le gouvernement.

L’opposition n’est pas naturellement entrée dans le gouvernement. «Nous lui avons marqué notre disponibilité dans le cadre d’un dialogue républicain et que nous sommes disponibles pour discuter de tout ce qui a trait à la vie de la nation, à l’unité de notre pays, sa laïcité, à la réconciliation dans tout ce qui peut aider à arrêter cette crise et que le pays puisse sortir définitivement des difficultés que nous connaissons depuis ces longues années. Je pense que c’était plus une visite protocolaire qu’il a voulu marquer», a déclaré à la presse Soumaïla Cissé, chef de fil de l’opposition politique, à l’issue de la visite de courtoisie que le nouveau Premier ministre lui a rendu dimanche dernier.

«Nous allons continuer à jouer notre rôle d’opposant et nous allons continuer à être une force de proposition, mais disponible pour un dialogue fécond, mais un dialogue républicain», a assuré Soumaïla Cissé.

Les premières réactions par rapport à cette nouvelle équipe dénoncent le nombre de ministres jugé «élevé» et la reconduction «d’anciennes têtes» qui sont 25 sur 35 membres.

Moussa Bolly

 

COMPOSITION DU GOUVERNEMENT DU 11 AVRIL 2017

  1. Ministre de la Défense et des Anciens Combattants : Monsieur Tiéna COULIBALY
  2. Ministre de l’Administration Territoriale : Monsieur Tiéman Hubert COULIBALY
  3. Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile : Général de Brigade Salif TRAORÉ
  4. Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale : Monsieur Abdoulaye DIOP
  5. Ministre de la Justice, Garde des Sceaux : Maître Mamadou Ismaïla KONATÉ
  6. Ministre de l’Economie et des Finances : Docteur Boubou CISSÉ
  7. Ministre des Mines : Professeur Tiémoko SANGARÉ
  8. Ministre des Transports : Maître Baber GANO
  9. Ministre de la Solidarité et de l’Action Humanitaire : Monsieur Hamadou KONATÉ
  10. Ministre de l’Éducation Nationale : Monsieur Mohamed AG ERLAF
  11. Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : Professeur Assétou Founè SAMAKÉ MIGAN
  12. Ministre des Droit de l’Homme et de la Réforme de l’État : Maître Kassoum TAPO
  13. Ministre de la Décentralisation et de la Fiscalité Locale : Monsieur Alhassane AG HAMED MOUSSA
  14. Ministre de la Réconciliation Nationale : Monsieur Mohamed EL MOCTAR
  15. Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine : Docteur Abdramane SYLLA
  16. Ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur Privé : Monsieur Konimba SIDIBÉ
  17. Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Affaires Foncières : Maître Mohamed Ali BATHILY
  18. Ministre de l’Agriculture : Docteur Nango DEMBÉLÉ
  19. Ministre de la l’Elevage et de la Pêche : Madame LY Taher DRAVÉ
  20. Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication : Monsieur Arouna Modibo TOURÉ
  21. Ministre de l’Equipement et du Désenclavement : Mme TRAORÉ Seynabou DIOP
  22. Ministre du Développement Industriel : Monsieur Mohamed Aly AG IBRAHIM
  23. Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle : Monsieur Maouloud BEN KATTRA
  24. Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique : Professeur Samba Ousmane SOW
  25. Ministre du Travail et de la Fonction Publique, Chargé des Relations avec les Institutions : Madame DIARRA Raky TALLA
  26. Ministre du Commerce, Porte-parole du Gouvernement : Monsieur Abdel Karim KONATÉ
  27. Ministre de l’Energie et de l’Eau : Monsieur Malick ALHOUSSEINI
  28. Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable : Madame KEITA Aïda M’BO
  29. Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population : Monsieur Adama Tiémoko DIARRA
  30. Ministre de la Culture : Madame N’DIAYE Ramatoulaye DIALLO
  31. Ministre de l’Artisanat et du Tourisme : Madame Nina WALET INTALOU
  32. Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille : Madame TRAORÉ Oumou TOURÉ
  33. Ministre des Sports : Monsieur Housseini Amion GUINDO
  34. Ministre des Affaires religieuses et du Culte : Monsieur Thierno Amadou Oumar Hass DIALLO
  35. Ministre de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne : Monsieur Amadou KOITA

Article 2 : Le présent décret sera enregistré et publié au Journal officiel.

Bamako, le 11 avril 2017

Le Président de la République

Ibrahim Boubacar KEÏTA

Le Premier Ministre :

Abdoulaye Idrissa MAIGA

 


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here