Dr Moussa SISSOKO, président de l’association pour le développement du cercle de Bafoulabe: ‘’Notre ambition, c’est de faire du festival Mali Sadio, un festival international’’

13

En terme de bilan, je peux dire que tout ce qui a été programmé par l’association pour le développement du cercle de Bafoulabé, jusqu’à cet instant, est exécuté à 100%.
Ce n’était pas gagné d’avance de réaliser toutes les activités programmées. C’est parce qu’il y a une organisation sérieuse au niveau du terrain. Donc, Bafoulabé a donné la preuve que le cercle peut organiser de façon réussie, des évènements qui doivent se produire à son niveau. J’ai une grande confiance aux populations, aux autorités administratives et politiques du cercle de Bafoulabé.
Le bilan, c’est l’engouement que j’ai constaté pendant ce festival, la mobilisation sans faille de l’ensemble de la population de Bafoulabé nous donne confiance et nous invite à mieux faire.
Les prochaines éditions, ce qui est sûr, nous allons chercher à diversifier les activités.
Ceux qui auront en charge les éditions prochaines vont s’informer auprès de ceux qui étaient déjà là. Chaque année, ajoutez un autre pan de la culture sur ce qu’on a vu pendant cette édition.
Je dis que l’association pour le développement du cercle de Bafoulabé (ADB) est une continuité et un tournant. Je suis convaincu que si une nouvelle équipe organisait ce festival, ça sera dans la même lancée et nous allons diversifier les activités. On avait l’intention de faire certaines choses, mais on n’a pas pu les faire. C’était de rassembler autour de nous, l’ensemble des états riverains du fleuve Sénégal. Malheureusement, on n’a pas pu le faire cette année.
Les prochaines fois, nous allons chercher à le faire par ce que notre ambition, c’est de faire du festival Mali Sadio, un festival international.
L’ambition dans le court terme, c’est de faire en sorte que ce festival soit incontournable au niveau national parce que nous avons compris pendant cette édition que les plus hautes autorités, celles qui ont en charge la culture, n’ont pas perçu l’importance de ce festival.
C’est à nous de travailler pour que tout un chacun comprenne que ce festival, ce n’est pas un festival mineur et que la nation se chargera de ce festival comme elle le fait avec d’autres.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here