Fin de la grève illimitée du personnel socio-sanitaire : IBK salue la promptitude du nouveau gouvernement

40

Pour faire le compte-rendu du tout 1er conseil extraordinaire des ministres tenu à Koulouba le dimanche 16 avril dernier et informer l’opinion nationale de la suspension du mot d’ordre de grève des syndicats de la santé et de l’action sociale, le ministre du Commerce, nouveau porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, a animé un point de presse à la Primature le même jour. Le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keita a salué la promptitude de la nouvelle équipe gouvernementale.

Le gouvernement Abdoulaye Idrissa Maïga a tenu son premier conseil des ministres le dimanche 16 avril dernier au Palais de Koulouba sous la présidence du Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta. Quelques heures après le conseil, le ministre du Commerce, Porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté a animé un point de presse à la Primature. Pour la circonstance, il était accompagné du Directeur Général du Centre d’Information Gouvernementale du Mali (CIGMA) Manga Dembélé et du conseiller à la Communication du Premier ministre  Alassane Souleymane Maïga. L’objectif de cette rencontre avec les hommes de média était de faire le compte-rendu du premier conseil des ministres du gouvernement AIM, mais aussi parler de la suspension du mot d’ordre de grève des agents de santé.

Ainsi, la première bonne nouvelle annoncée aux journalistes par le ministre du Commerce, porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté était relative à la levée du mot d’ordre de grève illimitée des Syndicats de la Santé, de l’Action Sociale et de la Promotion de la Famille. Et cela, après plus d’un mois de grève, provoquant plusieurs cas de décès.

Pour le ministre porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, c’est faux de croire que le gouvernement n’était pas ouvert au dialogue. Pour preuve dit-il, la commission de conciliation a siégé successivement le 2, 17, 20, 26, 29 mars et les  5, 6, 14,  avril dernier. Et entre le nouveau gouvernement, la commission de conciliation et les syndicats, les discussions ont été très ardues, avant de parvenir à un accord définitif dans la nuit du 15 au 16 avril.

D’après lui, sur les 9 points de revendication, un seul point faisait l’objet de blocage. Il s’agit de celui relatif à l’augmentation substantielle des primes de fonctions spéciales et de garde à hauteur de 300%  selon les doléances des syndicats. Mais après moult tractations, le gouvernement a proposé une augmentation de 100% dont 50% à compter de janvier 2017 et 50% à compter de janvier 2018. Laquelle proposition a été finalement acceptée par les syndicats.

75 milliards FCFA dédiés à l’octroi des primes et émoluments entre 2015 et 2017

Ainsi, pour une première tranche, les fonctionnaires de la  catégorie A recevront comme prime de fonctions spéciales : 38 250 et 51 000 FCFA à partir de janvier 2018, ceux de la catégorie B2 recevront 31 875 FCFA pour la première tranche et 42 500 FCFA à partir janvier 2018,  la catégorie B1 : 25 500 FCFA et 34 000 en 2018, la catégorie C : 19 125 FCFA et 25500 FCFA en 2018 et  les contractuels : 12750 et  17000 FCFA en 2018.

Quant à la prime de garde, le porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, a indiqué que l’instruction a été donnée aux structures concernées de procéder à son augmentation,  conformément à leurs possibilités financières.

Ainsi, dans le procès verbal de conciliation, la prime de garde est fixée à 4500 FCFA les jours ouvrables et à 5000 FCFA les jours non ouvrables pour la catégorie A,  à 3500 FCFA et 4 000 FCFA pour la catégorie B, à 3000 et 3 500 FCFA pour la catégorie C,  et à 2500 FCFA et 3000 FCFA pour les autres agents.

En substance, sur les 9 points de revendication, les parties, Gouvernement et Syndicats, sont tombés d’accord sur 8 points et un point a fait l’objet d’accord partiel.

D’où l’occasion pour le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta, de féliciter le nouveau gouvernement pour avoir été prompt à trouver une solution à cette grève qui a causé d’énormes désagréments aux populations. A cet effet, le président IBK a rappelé que l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents de l’Etat demeure un de ses soucis majeurs. Selon lui, l’indice des fonctionnaires a été augmenté de 20% entre 2015 et 2017, avec une baisse de huit points sur le taux d’impôt sur le traitement des salaires. A l’en croire, l’incidence financière de ces mesures s’élève à 75 milliards FCFA.

Outre l’apaisement du front social, lors du conseil des ministres, le chef de l’Etat, a instruit à la nouvelle équipe gouvernementale, la mise en œuvre du Programme Présidentiel d’Urgences Sociales. S’étendant sur la période 2017-2020, ledit programme concerne les secteurs sociaux de base dont : l’eau, l’électricité, la santé et l’aménagement des pistes rurales. Pour le président IBK, les actions inscrites dans ce programme reposent sur des investissements de proximité avec pour finalité d’élargir l’accessibilité physique et financière des services sociaux de base en vue d’améliorer de manière rapide et significative, le quotidien des bénéficiaires.

Au cours du point presse, le ministre du Commerce, Porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, a révélé que le gouvernement envisage d’adopter une nouvelle stratégie de communication pour mieux édifier l’opinion publique en coupant court à certaines rumeurs. Il a aussi  annoncé la création d’une cellule de communication gouvernementale pour épauler le Centre d’Information Gouvernementale du Mali (CIGMA), le lancement d’une nouvelle émission dénommée ‘’Impact Gouvernemental’’, l’organisation de conférences de presse  chaque semaine et chaque mois dans la mesure du possible.


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here