La première session de la HAC tenue dans l’objectif de capitaliser les acquis

12

La Haute Autorité de la Communication (HAC) a tenu le jeudi 13 avril 2017 sa première session ordinaire de l’année 2017. C’était au Gouvernorat du District de Bamako sous la présidence de M. Mamadou Magassouba, directeur de Cabinet de la Primature. On notait aussi la présence de quelques présidents des Institutions de la République, de membres du Gouvernement et de plusieurs autres personnalités du monde la Communication.

Après les mots de bienvenue du maire de la Commune IV, le président de la HAC, M. Fodié Touré, a déclaré que la présente session a pour objectif de capitaliser les acquis de la précédente. Cette session aura permis également d’identifier et de peaufiner les modes d’action qui permettront à la HAC de renforcer ses capacités, de multiplier ses interventions sur le terrain et de régler les situations litigieuses.

C’est ce qui lui permettra de dire plus loin que «depuis le mois de mars 2017, la HAC a commencé une opération de retrait de services, c’est-à-dire de fermeture de radios. Et d’ici la fin des travaux de la présente session, 47 radios privées auront leurs décisions de fermeture». Il ajoutera en outre que dans les six prochains mois, la mise en œuvre des résolutions issues de la précédente session se poursuivra pour tous les services de la communication audiovisuelle. M. Touré a indiqué aussi que de nouvelles mesures relatives aux médias en ligne, à la carte de presse des journalistes et à l’aide à la presse seront élaborées.

Ces mesures concerneront aussi la définition des cadres précis de collaboration avec l’ORTM, l’AMRTP et la Société malienne de Transmission et de Diffusion (SMTD). Le président de la HAC a annoncé également que le processus de relecture des textes a déjà pris en compte la Loi N°83-63 du 18 janvier 1983 régissant la Publicité, dont le projet a été adopté par le Conseil des Ministres. «L’adoption de cette loi permettra d’assainir le secteur de la Publicité qui compte aujourd’hui plus de 300 agences dont une dizaine seulement répond aux attentes des usagers» a-t-il précisé.

Source : aBamako

aBamako