Nouveau gouvernement: grosse deception

108

La liste du gouvernement Abdoulaye Idrissa MAIGA est connue, depuis hier mardi. Il s’agit d’une équipe de trente-cinq membres appelée à relever le défi de l’apaisement social, de la sécurité et de la paix dans notre pays. Pour cette mission, des départements ont changé de dénomination tandis que d’autres ont été scindés. Cependant à la lecture de la configuration du nouvel étalage gouvernemental l’on se rend compte tout simplement que la montagne a accouché d’une souris

Dans ce gouvernement, quatre nouveaux départements ont été créés. Il s’agit de la Décentralisation et de la fiscalité locale, avec Alassane Ag Mohamed Moussa comme ministre ; les Droits de l’homme et de la réforme de l’État, avec Me Kassoum TAPO ; les Transports avec Me Baber GANO et enfin le ministère de la Décentralisation et la fiscalité locale dirigé par Alassane Ag Mohamed Moussa.
En termes de renforcement, on note que le Ministère de l’Habitat et de l’urbanisme se renforce avec le retour des affaires foncières sous la tutelle de Me Mohamed Ali BATHILY. Cependant les Domaines de l’État qui étaient renforcés par les affaires foncières ont disparu. Le Ministère des Maliens de l’Extérieur se renforce avec le retour de l’intégration africaine, sous la tutelle de Dr Abdrahamane SYLLA.
Le Ministère de l’Équipement, des transports et du désenclavement est scindé en deux pour donner : le ministère des Transports et celui de l’Équipement et de la décentralisation.
Le département de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’État a également perdu la décentralisation et la réforme de l’État. Le ministère Affaires étrangères, de la de son côté, coopération internationale et de l’intégration africaine a été amputé de l’intégration africaine au profit des Maliens de l’extérieur.
Quant au ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, il perd les Droits de l’homme.
Le porte-parole du gouvernement a permuté de l’Économie numérique pour échoir au ministre du Commerce sous la tutelle d’Abdel Karim KONATE.

Les changements de galons
Le Pr Tiémoko Sangaré, ministre des Mines, a chuté à la 7e place alors qu’Abdoulaye Diop, des Affaires étrangères chute d’une place, de la sixième à la 7e place.
De la 7e place, le ministre de la Justice, garde des sceaux, Me Mamadou Ismaël Konaté, perce pour devenir 5e personnalité du gouvernement.
De la 9e place, le ministre de l’Économie et des Finances, le Dr Boubou Cissé, devient la sixième personnalité du gouvernement.
Dixième personnalité dans le gouvernement sortant, le ministre de la Réconciliation nationale, Mohamed El MOCTAR, chute à la quatorzième place.
De la 11e place, le ministre des Maliens de l’extérieur, le Dr Abdourhamane Sylla, chute à la 15e place.
Pour sa part, le Ministère de la Promotion de l’investissement et du Secteur privé de Konimba Sidibé passe de la 12e place à la 16e.
De la 13e place dans l’ancien gouvernement, Me Mohamed Ali BATHILY chute à la 17e position en termes de préséance dans le nouvel attelage.
Quant à l’ancien ministre de l’Élevage et de la pêche, le Dr Nango Dembélé, qui récupère la porte-feuille de l’Agriculture, il passe de la 15e place à la 18e.
De la 17e place, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Assétou Founé Samaké. Migan gagne ; remonte à la 11e place.
De la 19e place, le ministre de l’Équipement, et du Désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop perd les transports et chute à la 21e place.
Le ministre du Travail et de la fonction publique, chargé des relations avec les Institutions, Mme Diarra Raky Talla, chute d’un rang et devient 25e personnalité.
Au niveau de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable : Mme Keita Aïda M’Bo, chute également d’un rang et devient 28e personnalité.
Le ministre de la Culture : Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, chute d’un rang et se place à la 30e place.
Le ministre de l’Artisanat et du tourisme : Mme Nina Walett INTALLOU, remonte d’un rang et devient 29e personnalité du gouvernement Abdoulaye Idrissa MAIGA.
De la 32e place, le ministre des Sports, Housseini Amion GUINDO, chute d’un point. De même que le ministre des Affaires religieuses et du culte, Thierno Amadou Omar Hass DIALLO qui passe de la 33e position à la 34e place. Sans oublier le cas du ministre de la Jeunesse et de la construction citoyenne, Amadou KOÏTA, même s’il reste dernier chute d’un rang de la 34 à la 35e place.

Les partants et les rentrants
Les 9 partants
Au total 9 ministres ont été débarqués de l’attelage gouvernemental, dont 2 femmes. Ce sont : le ministre de la Défense et des anciens combattants, Abdoulaye Idrissa MAIGA ; le ministre de l’Education nationale, Pr Kénékouo dit Barthélémy TOGO ; le ministre de l’Economie numérique et de la communication, Porte-parole du gouvernement, Me Mountaga TALL ; le ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, Ousmane KONE ; le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mahamane BABY ; le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON ; le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, Dr Marie Madeleine TOGO ; le ministre de l’Aménagement du territoire et de la population,
Sambel Bana DIALLO ; le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme SANGARE Sangaré Oumou BA.

Les 11 rentrants
Ils sont au nombre de 11 ministres à être promus dans le nouvel attelage gouvernemental: le ministre de la Défense et des anciens combattants, Tiènan COULIBALY ; le ministre de l’Administration territoriale, Tiéman Hubert COULIBALY ; le ministre des Transports, Me Baber GANO ; le ministre des Droits de l’homme et de la réforme de l’Etat, Me Kassoum TAPO ; le ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mme LY Taher DRAVE ; le ministre de la Décentralisation et de la fiscalité locale, Alassane Ag Mohamed Moussa ; le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Harouna Modibo TOURE ; le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mouloud Ben KATTRA ; le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, Pr Samba Ousmane SOW ; le ministre de l’Aménagement du territoire et de la population, Adama Tièmoko DIARRA ; le Ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme TRAORE Oumou TOURE.

Les 24 ministres maintenus
La nouvelle équipe gouvernementale qui vient d’être mise en place, n’a pas connu un grand chamboulement par rapport à l’ancien gouvernement Modibo KEITA. Ce, d’autant plus que 24 ministres ont pu soit conserver leurs portefeuilles ou ont permuté en occupant d’autres départements. Au nombre de ces rescapés qui ont su résister à la vague de départs : le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Général de Brigade Salif TRAORE ; le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye DIOP ; le ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Me Mamadou Ismaël KONATE ; le ministre de l’Economie et des finances, Dr Boubou CISSE ; le ministre des Mines, Professeur Tiémoko SANGARÉ, le ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé, Konimba SIDIBE, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, Pr Assétou Founé SAMAKE MIGAN.
Si Me Mohamed Ali BATHILY, précédemment ministre des Domaines de l’Etat et des affaires foncières, a vu son Département amputé des Domaines, il a tout de même pris du galon en captant le département détenu par le sortant Ousmane KONÉ, notamment celui de l’Habitat et de l’urbanisme.
Même constat pour le ministre des Maliens de l’Extérieur, Dr Abdramane SYLLA qui est renforcé par l’intégration africaine qui était dans l’escarcelle du ministre des Affaires étrangères, ainsi que le ministre du Commerce, Abdel Karim KONATE, qui a désormais la lourde mission de Porte-parole du Gouvernement.
Autres ministres miraculés : Mohamed Ag ERLAF, précédemment ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat, qui occupe dans le nouveau gouvernement, le portefeuille de l’Education nationale ; le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Pr Assétou Founé SAMAKE MIGAN qui conserve son poste, de même que le ministre de la Réconciliation nationale, Mohamed El MOCTAR ; le ministre de l’Equipement et du Désenclavement, Mme TRAORE Seynabou DIOP.
Se trouvent également dans la même situation : le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly AG IBAHIM ; le ministre du Travail et de la fonction publique chargé des relations avec les institutions, Mme DIARRA Raky TALLA ; le ministre de l’Energie et de l’eau, Malick ALHOUSSEINI ; le ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, Mme KEITA Aïda MBO ; le ministre de la Culture, Madame NDIAYE Ramatoulaye DIALLO ; le ministre de l’Artisanat et du tourisme, Madame Nina Wallet INTALLOU ; le ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Omar Hass DIALLO ; le ministre de la Jeunesse et de la construction citoyenne, Amadou KOITA.

8 femmes dont 2 nouvelles contre 7
Rendue publique, hier mardi, vers 18 heures, la composition du Gouvernement du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa MAIGA, une fois de plus, ne fait pas la part belle aux femmes, avec 8 femmes sur 35, dont 2 nouvelles, contre 7 dans l’ancienne équipe gouvernementale, soit 22,85%. Ce qui est en deçà du quota des 30%.
Les deux femmes qui font leur entrée dans le gouvernement AIM sont: Mme LY Taher DRAVE qui occupe le portefeuille de ministre de l’Elevage et de la Pêche. Elle ainsi remplace Dr Nango DEMBELE qui devient ministre de l’Agriculture.
La deuxième, Mme TRAORE Oumou TOURE, présidente de la CAFO (Coordination des associations et organisations féminines) est ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. Elle remplace ainsi Mme SANGARE Oumou BA. La CAFO faut-il le rappeler, regroupe plus de 2 295 associations et ONG féminines sur tout le territoire national, qui se retrouvent au sein de coordinations locales au nombre de 55 dont 6 au niveau du District de Bamako et 2 coordinations opérationnelles à Abidjan et en France.
Les six restantes sont: Pr Assétou Founé SAMAKE MIGAN, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ; Mme DIARRA Raky TALLA, ministre du Travail et de la Fonction publique chargé des relations avec les institutions ; Mme KEITA Aïda MBO, ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable ; Mme NDIAYE Ramatoulaye DIALLO, ministre de la Culture ; Mme Nina Walett INTALLOU, ministre de l’Artisanat et du Tourisme.
Quant à Mme TRAORE Seynabou DIOP, ministre de l’Équipement, des transports et du désenclavement dans le gouvernement sortant ; elle a été amputée les Transports. Il lui reste ainsi l’Équipement et le désenclavement.

La Rédaction

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here