Hamadoun Kouffa serait-il l’instigateur du rapt de la sœur Gloria ?

59

Des sources, dont celles de la Colombie, n’excluent pas la responsabilité du leader du front de libération de Macina. Quelques semaines après l’acte, des éléments de la police Colombienne ont effectué une visite au Mali dans l’espoir de retrouver des traces de leur compatriote.

Les conclusions de cette enquête soupçonneraient Hamadoun Kouffa d’être derrière, mais, ne font pas état de la situation de la religieuse.

Rappelons que le rapt s’est déroulé dans la région de Sikasso, où, quelques mois plutôt un groupe de la même obédience avait été démantelé. Si les hypothèses sont corroborées, cela démontre que l’expansion du FLM a franchi le seuil du centre, jusque-là, considéré comme bastion de Kouffa.

Mopti : les mesures restrictives ralentissent les activites humanitaires

Prises dans l’étau du gangstérisme ‘’Kouffiste’’, et les restrictions imposées par l’exécutive régionale, notamment dans les transports : routier et fluvial qui ne sont praticables que de six heures à dix-huit heures, les populations de Mopti, et par ricochet celles des autres régions du nord, vivent un véritable calvaire. En effet, Mopti est la principale voie liant le sud au nord.

Depuis le déplacement de la crise sécuritaire dans cette zone, les demandes humanitaires s’accentuent. A l’obstacle que constituent les groupuscules terro-bandits y opérant, les réponses humanitaires, connaissent un autre frein, celui, résultant du couvercle sécuritaire qui surplombe et limite la circulation des personnes et des biens. Les responsables humanitaires locaux ont fait part de leur préoccupation.

Garbamé : Des bandits armés attaquent des boutiques et enlèvent plusieurs motos

L’insécurité a atteint une proportion inquiétante. Le jeudi 20 avril 2017 aux environs de 19h40 minutes, des bandits armés non identifiés sur 3 motos se sont violemment attaqués à des boutiques à Garbamé. Un village situé dans la commune rurale de Bamba dans le cercle de Bourem. Ces bandits ni loi ni foi ont enlevé plusieurs motos.

Soulignons qu’il n’y a pas eu de perte en vie humaine mais des dégâts matériels très importants ont été enregistrés. Puisqu’au cours de leur attaque, ces bandits ont brûlés tout sur leur passage.

Droits de l’homme : Ces chiffres de la Minusma qui font peur

En matière des droits de l’homme , dans un rapport, la MINUSMA a recensé 104 cas de violations des droits de l’homme et d’atteinte à ces droits qui ont fait au moins 235 victimes dont 13 mineurs, contre 117 cas et au moins 202 victimes enregistrés au cours de l’année 2015. Sur ce total, on dénombrait 7 affaires d’exécution et une disparition forcée, 8 cas de mauvais traitements ou de torture, un cas de violence sexuelle, un cas de recrutement d’enfants soldats, 2 cas de déplacement forcé, 4 affaires d’enlèvement, 21 affaires de détention illégale ou d’arrestation arbitraire qui ont concerné 57 personnes, 4 cas d’irrégularités de procédure en raison de l’inefficacité de l’enquête, 7 cas d’atteinte au droit de vote, 38 affaires d’extorsion ou de pillage et 2 cas d’intimidation. 10 attaques directes contre des membres du personnel humanitaire et du personnel de maintien de la paix.

Ansongo: Violent accrochage entre les FAMA et un groupe armé

Sur la route de l’Abezanga dans la commune de Ouatagouna cercle d’Ansongo, il y a eu ce week-end un violent accrochage entre les forces de sécurité malienne (Fama) et un groupe armé non identifié. L’accroche est intervenu quand une mission des FAMa en escorte a été attaquée par des groupes armés non identifiés. Les Fama ont riposté et les assaillants ont pris la fuite.

Alimentation en eau potable de la ville de Bamako : Avancées notoires du projet de la station de pompage de Kabala

La 5eme réunion du comité de pilotage du projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de la localité de Kabala s’est tenue ce week-end dans la salle de conférence du Département du Ministère de l’Energie et de l’Edau. La réunion regroupe les cadres du Département, les chefs de projets, les représentants des PTF, des entreprises et bureaux de contrôle, des collectivités territoriales et les directeurs des services du Département concernés par le projet. Les participants ont fait le point des avancées du projet et examiné les goulots d’étranglement. Ce projet permettra de résoudre la pénurie d’eau dans la capitale.

La rédaction

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here