Opposition politique : Un chef de file inconsistant !

43

Que veut réellement le chef de file de l’opposition politique malienne, président du parti URD, l’honorable Soumaïla Cissé ? Le Politique, depuis quelques temps, fait de la non constance son sport favori. Des sujets d’intérêt national au moins importants, il ne rate plus aucune occasion pour se faire entendre, en déshabillant le régime sur la place publique par des arguments qui font souvent dormir débout. Dans la plus part des cas, il ne regarde pas le rétroviseur,  pour se rappeler de ses actes posés, afin de mieux bondir. Ce qui fait qu’en voulant saisir toutes les occasions pour gagner l’amour du peuple, il passe à côté et étale au grand jour son rêve impatient d’élire, dans un futur proche, domicile à Koulouba par tous les moyens.

18 avril 2017. Voilà à quoi le peuple malien assiste. Le Président du parti Union pour la République et la Démocratie (URD), l’honorable Soumaïla Cissé attaque le décret de nomination du gouvernement pour raison de non respect d’une loi, celle ayant trait au quota de 30% accordé aux femmes pour les postes de responsabilité. La requête est adressée au président de la section administrative de la cour suprême du Mali.

Cette démarche laisse place à plusieurs interprétations. D’abord, pourquoi n’est-elle pas faite au nom de l’opposition dans son ensemble ? Quelques jours avant cette décision, les présidents des partis politiques de l’opposition étaient en réunion ordinaire au bureau du chef de file de l’opposition autour des sujets importants. Nous avons pensé que cela était assimilable à l’union, d’une opposition divisée pour des raisons de leadership, pour le bonheur du Mali. Dans les normes, partant de cette lecture, toutes décisions engageant l’intérêt national, ils doivent les défendre ensemble. Si l’URD décide d’aller seule, cela sous-entend qu’ils n’ont pas la même lecture sur la question.

Les autres, semble sûrement regarder dans le rétroviseur. Dans un passé récent, ce projet est passé à l’assemblée. Même s’il a reçu le quitus  de 115 députés, il a fait l’objet de contestation de la part d’une partie importante de l’opposition. 22 députés ont voté contre et 3 se sont abstenus.

Au regard  de ce refus de l’opposition d’adhérer à un tel projet à l’assemblée, a-t-elle le droit, si réellement l’on parle de constance rationnelle dans sa posture, de demander l’annulation du décret de nomination du gouvernement pour non-respect de la loi ? L’URD a commis une erreur. Au lieu d’une requête contre la violation d’une loi dont elle-même n’a pas aimé à l’assemblée, elle devrait plutôt se limiter à des critiques à l’occasion de ses sorties. Faire tout simplement comprendre qu’IBK n’est pas un homme de parole. Mais de là à réagir de la sorte, Soumaîla Cissé se décrédibilise. Il se dédit et  donne une fois de plus l’occasion aux partis de la majorité, au peuple malien à lui qualifier de politique assoiffé du pouvoir.

Ces derniers temps, Soumaïla veut profiter de la chute de la côte de popularité d’IBK. Le Président est menacé pour les élections de 2018.  C’est normal. Mais tellement que Soumaïla est pressé, il pose des actes qui jettent le doute sur sa bonne foi à redresse la barre si les Maliens venaient à lui confier le fauteuil présidentiel en 2018.

Son comportement lors de la conférence d’entente nationale ajouté à cette requête, Soumaîla a intérêt  à faire attention. Certes en politique toutes les occasions sont bonnes à saisir mais si le tac y manque, cela produit l’effet contraire. Alors qu’il fasse attention. Seule la constance paie.

Boubacar Yalkoué


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here