Pour avoir agressé l’épouse d’un ministre de l’actuel gouvernement : Le directeur de cabinet du Pdt de l’AN jeté en prison !

16

‘’Le boxeur du RPM’’, Madou Diallo a encore fait parler de lui la semaine dernière. Fort de son poste de Directeur de cabinet du Président de l’Assemblée, doublé de son statut de membre du Bureau Politique National du RPM et d’ancien maire de la Commune II du district de Bamako, cet homme a osé agresser jusque dans son bureau, Me Madina Sylla, notaire de son état et non moins épouse du ministre de l’Education nationale, Mohamed Ag Erlaf. La victime, tout travail cessant, a déposé une plainte au niveau du Tribunal de Grande Instance de la Commune II, dont le Procureur de la République a émis un mandat d’arrêt contre Madou Diallo, le jeudi 20 avril 2017.

Quelle mouche a piqué le directeur de cabinet du Président de l’Assemblée Nationale, M. Mahamadou Diallo, alias Madou Diallo ?

Cette question mérite d’être posée si l’on sait que ces derniers temps, l’Institution de la République dont il dirige le cabinet ne fait pas bonne presse. Surtout depuis le début de l’affaire dite de ‘’mœurs à l’AN’’. Même si dans cette affaire, le directeur du journal ‘’Figaro-Mali’’ a été condamné par le Tribunal de la Commune II. Ironie du sort ou justice divine ? Car le même tribunal vient de procéder à l’arrestation du directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale, Madou Diallo, le jeudi 20 avril dernier, pour agression et injures sur un officier public, avant de le mettre sous mandat de dépôt à la Maison centrale d’arrêt de Bamako.

Selon nos sources, cette affaire découle d’une transaction dont M. Madou Diallo aurait signé l’acte notarié. Convoqué à l’Etude de Me Madina Sylla pour la reconnaissance de sa signature, Madou Diallo connu pour sa forte nervosité, aurait catégoriquement refusé cela avant de proférer des insultes graves à l’endroit de la dame et même, tenté même, toujours selon nos sources, de la frapper, n’eut été l’intervention de ses collaborateurs afin de la soustraire des coups du « boxeur du RPM ». Devant la gravité de l’acte, la Notaire, n’a eu d’autre recours que de s’adresser à la justice. D’où une plainte déposée au tribunal de Grande Instance de la Commune II.

Depuis l’arrestation de ce haut cadre du parti au pouvoir, selon nos sources, les autres cadres du RPM sont dans toutes les tractations auprès de l’épouse du ministre, qui est un des leurs et  du Procureur de la République du TGI de la CII, lequel à son tour reste inflexible sur le respect de la loi. Comme pour ne plus arranger les choses, la Chambre des Notaires du Mali, depuis vendredi, a aussi ajouté sa plainte pour se constituer partie civile.

Ce qu’il faut rappeler, dans ce dossier, c’est le fait que M. Madou Diallo n’est pas à son premier cas d’agression. Le 7 mai 2016 il a tabassé un de ses collègues du BPN du RPM, Djibril Dicko, en pleine réunion ; ce qui lui avait valu une suspension pure et simple de toutes les activités politiques de son parti. En 2002, avec le club «Alternative 2002», il a violemment agressé le nommé Ousmane H. Diarra au Foyer des Jeunes de Quinzambougou. De même en 2007, il est reconnu coupable d’une agression sur l’élu Gaoussou Badiè Soukouna  lors de la rencontre du collectif des conseillers RPM du district de Bamako, avant de commettre les mêmes actes, la même année, contre Bassi Coulibaly  lors de la réunion de désignation des candidats RPM aux ’élections législatives. L’agression survenue le jeudi 20 avril sera, peut-être,  la dernière. Car il a en face, une Notaire, la Chambre des Notaires du Mali et une femme, non moins épouse d’un ministre.

Moustapha Diawara 


Source : Maliweb

Maliweb