Aux feux tricolores du Ministère de l’Education nationale: Les policiers rançonnent les usagers

40

Autant les policiers attrapent les motocyclistes qui brûlent le feu, autant ces mêmes policiers ne régulent la circulation pendant les coupures d’électricité, à cet endroit d’intense circulation.
Il y a un véritable problème au niveau du rond point de la Place de la Liberté, juste derrière l’aile ouest des enceintes du Ministère de l’Education nationale. Surtout pour les usagers qui viennent du Rond point Bar-Mali pour rallier le Carrefour des jeunes.
Là, à chaque instant de la journée, les policiers sont postés, prêt à bondir sur les motocyclistes et les véhicules supposés avoir brûlé le feu. Ce qui est d’ailleurs très fréquent de la part des usagers, à ce niveau. Car, avant d’arriver à ce feu, les usagers peuvent observer plusieurs arrêts entre la Voirie et la Place de la Liberté. Tellement la circulation est dense et le feu parait du coup très rapide.
Voilà la raison pour laquelle les usagers, à ce niveau, se précipitent ou en décollant quelques instants après ou avant l’apparition du feu rouge. Donc, sans faire express pour la plupart des cas.
Mais, pour les policiers, cela équivaut à une infraction entrainant des pénalités frisant de la petite corruption. Cependant, là n’est pas la gravité du problème. Le mal est ailleurs.
Ainsi, le plus préoccupant est que dès qu’il y a délestage ou coupure d’électricité, nos Agents en charge de règlementer la circulation, disparaissent totalement du Rond point. Ils abandonnent injustement la voie laissant les usagers à la merci des bouchons. Et, dès que l’électricité revient, ils (les Policiers) réapparaissent avec leur sifflet à l’affut des usagers, guettant la moindre occasion. Un comportement regrettable et non digne d’une unité au service des citoyens. Le plus souvent, à cet endroit, ce sont eux qui provoquent la quasi-totalité des accidents de la circulation entre les usagers. Alors à la Direction de la Compagnie de la circulation routière alertée !
Le Fouineur

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here