Exploitation minière et ses dégâts collatéraux sur l’environnement : Le Cri du cœur du Gouverneur de Sikasso

36

Pour le Premier Représentant de l’Etat dans la Région de Sikasso, l’exploitation minière et la protection de l’environnement a une double signification. L’Agriculture et l’exploitation minière sont, a-t-il précisé davantage, deux activités de taille dont dépend notre vivre ensemble et notre subsistance. Cependant, lorsqu’elles ne sont pas bien organisées et conséquemment structurées, elles peuvent s’avérer très destructives et pour l’environnement et pour la survie des populations vivant dans les zones d’exploitations minières.
A la faveur d’une rencontre ayant réuni récemment dans sa juridiction les Maires des communes rurales abritant ces zones d’extractions de minerais, les Préfets, les Délégués des Coopératives extractives, les Représentants de sociétés minières, les Représentants des Chefs de villages et fractions et toute la société civile, le Gouverneur de Sikasso, Dougouzana Coulibaly, a lancé un appel pressant à tous les partenaires du secteur minier de s Région. Un appel qui se situe dans la dynamique d’organiser le secteur de l’orpaillage. Question de passer de l’informel au formel. Ceci, dira-t-il, permettra de faire respecter les interdits et autres les lois qui régissent le secteur de l’orpaillage dans toute la Région de Sikasso.
Le respect des périodes de pose dans les zones d’extraction aurifère doit être de rigueur
Le Gouverneur Dougouzana Coulibaly estime qu’il faut se donner les moyens pour faire respecter les périodes de pose dans l’extraction aurifère. Cela, par non seulement des campagnes de sensibilisation mais aussi en procédant à des actions de surveillance à grande échelle sur l’ensemble des sites d’orpaillage. Le Gouverneur Coulibaly a évoqué le fait que plusieurs exploitants sur les sites viendraient d’autres contrées, avec d’autres mentalités et cultures différentes de celles des populations locales. «Cette situation qui devrait constituer un facteur d’intégration risque de nuire à certaines valeurs propres aux réalités socioculturelles et économiques de sa Région et des localités abritant directement et géographiquement les sites de mines en question», croit-il savoir en amont.
Que faire, donc, pour mener à bien cette tâche qui incombe à tous ? Face à cette interrogation, le Gouverneur Dougouzana croit savoir que, conjointement à la mise en œuvre de la feuille de route présentée par la CMM, il va falloir qu’il y ait un Budget spécial pour financer les activités relatives au plan d’actions qu’ils ont élaboré ensemble avec les autres acteurs du secteur minier de la Région. «Ce Budget, dira-t-il, sera géré annuellement selon les programmes définis. Ce, afin de réussir le pari de l’exploitation structurée et bien organisée ». Et, pour veiller au maintien d’un environnement sain, il va falloir que la sensibilisation soit à titre pédagogique et à la portée de toutes les composantes de la filière «Mines». Tout en saluant l’apport des grandes sociétés d’exploitation minière dans l’Economie de notre pays, le Représentant n°1 de l’Etat malien à Sikasso invitera tous les acteurs du secteur à se retrouver autour de la Chambre des Mines qui reste, selon lui, le seul interlocuteur qui n’a ni de parti pris, ni de choix de partenaires. A l’image d’un Gendarme du secteur, la Chambre des Mines doit être à l’épicentre de toutes les décisions allant dans le sens de l’organisation du secteur au profit de tous les intervenants.
Pour terminer, le Gouverneur Dougouzana a réitéré son appel hautement bien réfléchi afin que chaque Responsable puisse faire une bonne et fidèle restitution à sa base. « Sikasso est vert, Sikasso doit rester vert avec le concours de tous ; car, notre Région demeure le seul rempart, en termes de forêts au Mali», a conclu le Gouverneur de la 3e Région administrative du Mali.
AFC

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here