Restaurant et l’art culinaire malien : Le relais Timbuctu en première ligne

71

« Ini gwa », ça se dit après s’être gavé d’un repas copieux, et ça veut dire en langue nationale Bamana, « merci de ce plat ». Ici, c’est le vocable d’un concours culinaire, dont le premier prix de la meilleure cuisine a été remporté par le Relais Timbuctu, lors de cette première édition qui a connu son verdict le samedi 22 Avril 2017 à l’hôtel Azalaï Salam de Bamako. L’initiative de ce projet vient d’une Agence connue de la place, l’Espace communication monde, qui est un facteur incubateur de projets en communication, selon les explications de sa promotrice Mme Cissé Fatima Kouyaté. Elle a mis en route « Ini gwa », en partenariat avec l’Agence de promotion touristique du Mali (APTM) et la Direction nationale du tourisme et de l’hôtellerie (DNTH).

C’est au cours d’une soirée de dégustation organisée à l’hôtel Azalaï Salam de Bamako, devant une centaine d’invités, que ce concours qui vise la valorisation de la cuisine malienne et son intégration dans l’offre

Touristique, a donné son verdict.

Cinq structures de restauration en lice, à savoir, « La Vieille marmite », «Gwa duman », « Le Relais Timbuctu », « La rose des sables » et « Les

Colibris », ont investi dans la compétition leur savoir-faire en matière d’organisation et de service de restauration. Au bout de l’art culinaire et du rouleau organisationnel, c’est enfin le restaurant de l’hôtel du «Relais Timbuctu », qui a enlevé le premier prix, avec 152 points. Mme Hawoye Baby, promotrice de cet établissement hôtelier, a reçu le trophée «Gwa Don massa », ou le cordon bleu, des mains de Amadou Maïga, chargé de mission au ministère de l’Artisanat et du Tourisme.

Cette belle récompense porte le nom de Salim Siby, le premier président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière du Mali (FNIHM), décédé, mais resté dans la mémoire des organisateurs. Ce trophée est en outre assorti d’un billet d’avion Bamako- Casablanca-Bamako.

Les plats gagnants du Relais Timbuctu étaient, en entrée, la soupe aux viscères dénommée « couché-couché » ; au plat de résistance, le «Labadja », un plat à base de pâte de farine à tremper dans une sauce de mouton ; et pour le dessert « le moni », bouillie à base du blé de Diré (Région de Tombouctou). Au cours de ce concours tous les mets étaient accompagnés du thé vert de chine à la menthe.

L’actuel président de la FNIHM, Moussa Baga Samaké, a exprimé sa joie

à propos de cette initiative culinaire qui valorise le travail des restaurants et des hôtels. De son côté, Mme Cissé Fatima Kouyaté, promotrice de l’Espace communication monde, a expliqué que son agence est un facteur incubateur de projets en communication. Elle a mis en route « Ini gwa », en partenariat avec l’Agence de promotion touristique du Mali (APTM) et la Direction nationale du tourisme et de l’hôtellerie (DNTH).

Deux autres récompenses, le prix de la créativité est allé au restaurant «Gwa duman » et celui de l’authenticité à l’hôtel « Les Colibris ».

La soirée a été davantage agrémentée par les prestations d’artistes, comme Nampé Sadio, Nené Soumano et Thialey Harby. Selon des observateurs, ce concours peut être une base permettant aux autorités en charge du tourisme d’adopter la démarche qualité pour la labellisation de la cuisine malienne.

Moussa Dagnoko


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here