Lancement de la Plate-forme Apicole Nationale : Échec et mat ?

34

La cérémonie de lancement officielle de la Plate-forme Apicole Nationale au Mali qui a été présidée par le ministre de l’élevage et de la pêche, Mme Ly Taher Dravé, n’a enregistré que la présence de deux Organisations faitières, venues de la région de Ségou et Koutiala pour exposer leur produit (le miel)

C’est dans cette atmosphère de très faible mobilisation des vrais producteurs que cet important projet a été lancé, le 22 avril dernier dans la salle de conférence du DFM du ministère de l’agriculture, pour les apiculteurs mais sans les apiculteurs. Echec et mat ? En tout cas le temps nous édifiera.

« Si la plate-forme était lancé dans une commune hors de Bamako et dans un cercle comme Kita, il y aurait beaucoup de monde », dira un participant dans les coulisses. Il pense que le ministère, les partenaires et DNPIA n’ont pas eu la ferme volonté de mettre le paquet pour faire venir les producteurs à Bamako.

En effet, l’apiculture est une activité aux intérêts multiples. Elle est pratiquée sur la majeure partie du territoire national. Mais, le potentiel de ce secteur ne peut être valorisé que s’il bénéficie d’investissements accrus.

Ainsi, le ministre de l’élevage et de la pêche, Mme Ly Taher Dravé, a tenu quand même à expliquer aux quelques apiculteurs l’objectif de la plate-forme. Selon elle, le projet contribuera au développement de l’apiculture au Mali.

« Pour accroitre la production et améliorer la qualité du miel et de la cire, le gouvernement du Mali a mis l’action sur l’amélioration des techniques de production, de récolte, de transformation et de conditionnement du miel et l’équipement des apiculteurs », affirme Mme Ly.

Elle n’a pas oublié de souligner les avantages de l’apiculture qui est une activité économique non négligeable, génératrice d’emplois et de revenus. Les statistiques estiment le cheptel apicole à 500 000 colonies d’abeilles produisant annuellement 1 500 tonnes de miel et 100 tonnes de cire.

Durant deux jours (jeudi  et vendredi) les apiculteurs ont travaillé sur le paysage apicole malien afin de mettre en place un forum de dialogue national qui va les rassembler davantage au tour du métier d’apiculture.

Rappelons que c’est compte tenu de l’importance de l’apiculture et les contraintes y afférant que l’Assemblée Générale de la Plate-forme Apicole Africaine, tenue en novembre 2015 à Harare au Zimbabwe, a pris une résolution visant à mettre en place des plateformes nationales apicoles dans les Etats membres.

Damo


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here