Menaces terroristes : prorogation de l’état d’urgence

43

A la suite du Conseil des ministres du mercredi 19 avril 2017, le ministre du Commerce, porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konatéa animé un point de presse, à la Primature. A l’occasion, il était entouré du ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim et du ministre de l’Energie et de l’eau, Malick Alhousseini, qui se sont exprimés sur leurs dossiers.

Le ministre de l’Energie et de l’eau, Malick Alhousseini a informé la presse sur le décret portant approbation du marché relatif au contrôle et au suivi des travaux de doublement de la capacité de la Centrale hydrique de Sotuba II. Ce marché est conclu entre le gouvernement et le groupement EXPERCO /EXP pour un montant de 808. 463.564, 19 Fcfa et un délai d’exécution de 36 mois. Le ministre del’Energie et de l’eau a précisé que ce marché s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la seconde composante du projet de construction du Centre national de conduite et de doublement de la capacité de la Centrale hydroélectrique de Sotuba. Il a assuré que son exécution améliorera notablement la condition de vie des populations, en réduisant les déficits d’énergie électrique. Le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, a expliqué à la presse le contenu de la communication relative aux conclusions et recommandations de l’étude de faisabilité des centres d’incubation dans le domaine agro-alimentaire, notamment, le cas de Sikasso et sur la relecture des textes du Centre de développement du secteur agro-alimentaire.
Un Centre d’incubation ou incubateur d’entreprises, a-t-il dit, est une structure d’accompagnement de projets de création d’entreprises, généralement à but non lucratif, liée à des organismes publics ou parapublics. La communication présente les résultats de l’étude de faisabilité des centres d’incubation dans le domaine agro-alimentaire au Mali, en particulier, dans la région de Sikasso. Le ministrea indiqué que le choix de la région se justifie, entre autres,par son statut de zone d’agriculture par excellence et la présence d’un nombre important de petites unités de transformation des produits agro-alimentaires. Il a ajouté que l’étude de faisabilité formule des recommandations pour la réussite de la stratégie d’intervention du centre, en ce qui concerne la qualité des porteurs de projet hébergés, la participation des organisations professionnelles et de la communauté locale, les compétences professionnelles du personnel, le mode de partenariat public-privé, le plan de communication et le système de suivi, de supervision et de contrôle. Le ministre du Commerce, porte-parole du gouvernement, a indiqué que le Conseil des ministres a adopté des projets de textes déclarant l’état d’urgence-qui a expiré le 9 avril dernier- sur le territoire national. En effet, Abdel Karim Konaté a soutenu que la situation sécuritaire au Mali et dans la sous région est caractérisée par la persistance de la menace terroriste, ainsi que des risques d’atteinte grave à la sécurité des personnes et de leurs biens. C’est donc, en raison de cette situation précaire que l’état d’urgence est déclaré à nouveau, du mercredi 19 avril à minuit sur toute l’étendue du territoire national. Il a ajouté que la déclaration de l’état d’urgence vise à renforcer la prévention et la lutte contre le terrorisme et accroitre les capacités opérationnelles des forces armées et de sécurité.

B.D.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here