Crise du football : Vers un accord

192

La crise du football malien sera bientôt un mauvais souvenir. Le linge sale se lave en famille. Tout le monde peut se tromper. C’est ce qu’a compris le gouvernement malien qui a engagé des médiations entre les frondeurs et le comité exécutif de la fédération malienne de football.

Pour sortir le football malien de la crise qu’il traverse, des pourparlers entre les différents protagonistes de ladite crise ont démarré depuis le lundi 24 avril 2017 sous l’égide d’Abdoulaye Idrissa Maïga, Premier ministre malien, accompagné par Amadou Koïta, ministre de la Jeunesse et de la Reconstruction citoyenne, Abdel Karim Konaté, ministre du Commerce et porte-parole du gouvernement. La première journée des négociations a été moins fructueuse. La deuxième tentative s’est ouverte le mardi 25 avril 2017 dans la soirée et elle a été la bonne, selon notre source. La même démarche s’est poursuivie hier mercredi dans la soirée, juste pour parapher l’accord conclu. Selon une source proche du dossier, plusieurs propositions ont été faites de part et d’autre. Ainsi, une nouvelle assemblée générale extraordinaire sera organisée pour levée les sanctions qui frappent certains dirigeants. Parce que seule l’assemblée générale de la fédération malienne de football peut décider de lever les sanctions qui font l’objet de blocage, voire de prise d’otage du football malien. Quelque soit l’issue de cette assemblée générale élective, les responsables sont interpellés à mettre le Mali au dessus des considérations personnelles. Sans quoi, le développement du football malien en général sera très compliqué. Ensemble main dans la main pour le bien-être du football.

Rappelons que depuis bientôt 40 jours, la Fédération malienne de football est suspendue par la Fifa pour ingérence politique. Dès lors, le Mali a perdu tout droit au niveau de la Fifa, le championnat est bloqué et aucune sélection nationale du Mali encore moins un club malien n’est autorisé à prendre part à une compétition continentale ou internationale. Les enfants n’ont rien effectué pour mériter cette situation. Pourtant, l’espoir est toujours permis pour la sortie définitive de cette crise planifiée. D’énormes efforts ont été consentis face au même problème, à savoir l’augmentation des équipes de première division qui sont passées de 16 à 20 clubs et l’assemblée générale extraordinaire de la Femafoot tenue du 29  novembre 2016 à Sikasso. Cette assemblée s’est déroulée suite à la sentence du TAS du 4 octobre 2016. Elle a validé les neuf membres coptés après l’assemblée générale élective de tenue à Mopti en 2013 et allégé les sanctions infligées à certains dirigeants de football. Ensemble nous pouvons.

Yacouba TANGARA   


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here