Marche de soutien à Poulo et au CONOR : La trahison du Premier Ministre qui affaiblit encore l’Etat

39

Contraint par les hésitations et les propos peu rassurants du Premier Ministre Abdoulaye Idrissa Maiga lors de la faible mobilisation du clan Baba, la majorité silencieuse tapie au sein des clubs et ligues majoritaires de la FEMAFOOT a décidé de donner de la voix. C’était le mardi 25 avril  à travers une grande marche pacifique en direction de la Primature. Pour les observateurs, cet avertissement sans frais est une invitation du gouvernement à s’assumer en dehors de tout calcul politicien ou personnel.

Dans un gouvernement où le travail des bœufs est confié à des chèvres, le citoyen est constamment obligé de rester sur ses gardes. Les déboires crées par le régime aux responsables des partis amis sont là pour rappeler le degré de confiance au sein de la majorité présidentielle. Au sein d’un gouvernement où s’assumer est un pêché, Poulo n’a pas sa place, fulminait un manifestant. Pour le soutenir, heureusement, l’ex député élu à Sikasso peut compter sur une majorité silencieuse qui est prête à se mobiliser pour le Mali, rien que le Mali. Tout comme pour le ministre des sports, la gestion de cette crise par le RPM est devenue un point d’honneur pour le collectif attaché à la légalité. Où était l’actuel PM quand Baba refusait d’appliquer la sentence du TAS ?

Lors de cette mobilisation inédite au sein de la discipline, on pouvait entendre : Tout sauf Baba ; soutien à Poulo ; soutien au CONOR. Pour les âmes averties, le message est suffisamment clair pour ne pas tomber dans les oreilles de sourds. Les hésitations du Premier Ministre,  tombé dans le piège des agitateurs à la solde de leur intérêt personnel sont  à la base de cette situation de poudrière. Pourquoi mettre en place une commission de conciliation après la dissolution par le gouvernement du comité exécutif de la FEMAFOOT ? Par cet acte de trahison,  le PM Maiga discrédite son propre gouvernement. Pourtant, les textes sont suffisamment clairs pour décanter la situation. Les faits sont aussi accablants pour l’ex comité exécutif et son président si la lutte contre la corruption était une réalité.

Le ministre gabelou bombardé porte parole du gouvernement pourra-t-il réussir là où les religieux, la cafo, le CNJ, l’assemblée nationale, l’ex président Dioncounda et le réseau des communicateurs traditionnels ont échoué ? du côté des sages, le pessimiste est de rigueur. Pour le collectif, il est important de rester vigilant.

 


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here