Politique et jeu de cartes : AIM, est –il le neutralisant idéal d’IBK

27

Il ya  près de quatre semaines que le remaniement ministériel ayant amené Abdoulaye Idrissa Maiga (AIM) a été mis en place.  Le gouvernement se voit dirigé désormais de main ferme par le RPM par l’entremise du deuxième vice président du parti. Des présidents de partis membres de la majorité présidentielle  capables d’apporter  un appui considérable, à une éventuelle candidature de IBK  demeurent, même Mountaga a fait ses valises pour des raisons personnelles dit-on.

Le président Ibrahim Boubacar KEITA  a t-il choisi  la bonne carte ?  celle d’AIM. Pour les observateurs oui, car l’homme a fait ses preuves lors des élections de 2013, en occupant le poste de directeur de campagne du candidat Ibrahim Boubacar KEITA. Le parti présidentiel est miné par des guerres intestines qui affectent dangereusement son avenir. Des cadres boxeurs  qui sautent les uns sur les autres à un moindre malentendu. C’est le clan TRETA qui donne la mauvaise image de bagarreuse, et l’homme lui-même paraît rancunier selon ses détracteurs. D’où la méfiance et la réticence du Chef de l’Etat à faire de lui un des ses hommes de confiance.

Cependant, pour l’homme fort de Koulouba, il était temps de donner un peu d’oxygène  à l’action gouvernementale. Le contexte dans lequel le 4ème Premier Ministre de son régime a été nommé en dit long. Des mouvements  sociaux incessants  s’amplifiant de jour en jour,  ajoutés une situation sécuritaire encore fragile menaçaient la stabilité du pays. Pour ce faire, le président n’avait pas besoin que de pions mais des jokers de la trame de Abdoulaye I Maiga. Son parti était le mieux indiqué pour donner le joker, qui s’est révélé  être le neutralisant  idéal pour essuyer les différentes crises sociales.

Aujourd’hui, le nouveau PM en atténuant les grondes sociales ballera proprement le chemin de la victoire à  son parti à l’élection présidentielle de 2018.

Les partis politiques ne sont plus que des groupements d’intérêt économique. Il faut qu’ils rapportent  vite et bien,  sinon on s’en va ailleurs. Si les affaires ne marchent pas bien d’un côté, il faut voir de l’autre côté. Les membres changent d’un camp à l’autre, et  peuvent se rallier du jour au lendemain à l’idéologie l’ennemi d’hier pour avoir à manger et  à boire.

Dans ce monde de jeu, la dignité, l’honneur, le respect de parole donnée ne sont pas encore entrés dans les mœurs. La tromperie, la tricherie, la trahison, la corruption ne sont pas des péchés. Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins. Alors c’est leurs sujets qui en souffrent.

MC


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here