5e Recensement Général de la Population et de l’Habitat : Près de 20 Milliards de francs CFA seront mobilisés !

31

L’adoption du projet de loi de programmation relative à la sécurité intérieure pour les années 2017 à 2021 et l’adoption d’un projet de décret fixant les modalités d’application de la Loi n°98-020 du 9 mars 1998 régissant le recensement général de la population et de l’habitat étaient  au menu du point de presse organisé par le ministre du commerce, porte parole du gouvernement, M. Abdoul Karim Konaté dit Empé. Pour aborder ces questions, le ministre porte-parole était accompagné par les ministres en charge de la Sécurité et de la protection Civile, le Général Salif Traoré et celui de l’Aménagement du Territoire et de la population, M. Adama Tiémoko Diarra. Ce point de presse a eu lieu le mercredi 26 avril au siège du secrétariat général du gouvernement.

C’est le ministre porte-parole, M. Abdoul Karim Konaté dit Empé qui a planté le décor en énumérant les points inscrits à l’ordre du jour dudit point de presse. Ensuite ce fut le tour du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Salif Traoré de prendre la parole. Il a indiqué dans son intervention que le conseil des ministres a adopté pour la première fois dans notre pays une loi de programmation relative à la sécurité civile. Cette loi est basée essentiellement sur la gendarmerie, la police, la protection civile et la garde nationale pour emploi, a-t-il expliqué.  Depuis quelques  années, les forces de sécurité intérieure n’étaient pas suffisamment outillées pour faire face à leur mission, a-t-il précisé.  Selon le Général Traoré, l’adoption de ce projet de loi doit permettre aux forces de sécurité d’être suffisamment outillées pour faire face à leur mission. De l’avis du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, la nature de la menace  a changé depuis des années déjà. C’est pourquoi différentes pistes de solutions ont été réfléchies. Il s’agit du mode de recrutement, de l’amélioration des conditions de vie des forces, des conditions de formation, l’organisation qui exige des véhicules en nombre.  A l’en croire, le coût de ce projet de loi est estimé à 446 milliards de francs CFA. Toutefois, assure-t-il, ce projet deviendra une loi que lorsqu’il sera voté par les élus de la Nation. Et le Général Salif de conclure « personne ne peut lutter seule, mais il faut que chacun soit fort ».

Prenant la parole, le ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population a expliqué les raisons de l’adoption par le conseil des ministres du projet de décret fixant les modalités d’application de la Loi n°98-020 du 9 mars 1998 régissant le recensement général de la population et de l’habitat. A l’en croire, le recensement est une question très importante. Car, dira-t-il, les données issues du recensement permettront de faire des projets et de la planification.  Le recensement de la population et de l’habitat, poursuit-il,  doit être réalisé de façon périodique. Le décret  d’application prévoit un recensement décennal. « Nous devons donc anticiper pour respecter la périodicité décennale », a-t-il expliqué.  C’est une opération  civile de grande envergure, car mobilisera plus de 30 000 agents. L’opération qui débutera en fin 2018 coutera plus de 20 milliards de francs CFA. A en croire le ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population, ce recensement sera adossé aux nouvelles technologies de l’information et les résultats seront connus dans 15 jours. Ce recensement sera le 5e recensement général de la population et de l’habitat du Mali après 1976, 1987, 1998 et 2009.

Quant au ministre porte-parole du gouvernement, M. Abdoul Karim Konaté, il est revenu sur la visite du chef de l’Etat en Arabie Saoudite. Selon lui, cette visite a été fructueuse, car les saoudiens ont promis beaucoup d’aide au Mali.

Abdrahamane Sissoko


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here