Partis politiques : Le Modec à l’agonie à Dioïla

59

Le secrétaire général de la section du Mouvement pour un destin commun (Modec) de Dioïla a viré au Rassemblement pour le Mali (RPM) avec armes et bagages. Il a été accueilli avec quatre autres conseillers communaux du Modec dans le parti présidentiel lors de la rentrée politique de la section RPM de Dioïla.

La rentrée politique de la section RPM de Dioïla a regroupé dimanche, les 23 sous-sections, les membres du bureau régional de Koulikoro et le bureau politique national. Elle avait à son ordre du jour le compte rendu des élections communales dans le cercle de Dioïla, les recommandations issues des travaux du 4e congrès du parti. Il s’agissait aussi de recenser les besoins des militants à la base en vue de l’épanouissement du parti dans le cercle.

Cet événement a été marqué surtout par l’adhésion de plusieurs nouveaux militants au parti du Tisserand. Ils sont au total 14 conseillers communaux, un maire (URD) et surtout le secrétaire général de la section Modec de Dioïla, principal parti adverse du RPM dans le cercle.

Mahamadou Konaté, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a pu faire démissionner aussi les quatre conseillers communaux et des centaines d’autres militants du parti du ministre de la Promotion des investissements, Konimba Sidibé, au profit du RPM.

“Nous avons décidé de quitter le Modec parce que rien n’allait plus entre nous et le président qui n’écoute personne. Je suis venu dans la politique grâce à lui, mais chaque chose à une fin surtout quand les problèmes n’en finissent plus. Konimba Sidibé ne parvenait plus à gérer les militants le parti créant ainsi frustration et mésentente à tous les niveaux”, s’est défendu M. Konaté.

Retour “en famille”

Maire sortant de la Commune urbaine de Dioïla, le secrétaire général démissionnaire de la section Modec, a dit se sentir en famille au RPM. Car, expliquera-t-il, la mairie lui était revenue grâce au ralliement des conseillers de ce parti au sortir des communales de 2009 avec lesquels il a géré jusqu’en 2016 dans la plus grande cohésion.

“Je suis très heureux d’adhérer au RPM avec tous mes sympathisants. Depuis longtemps le secrétaire général de la section RPM, Mamadu Diarrassouba, et d’autres m’ont invité à adhérer au parti. C’est un parti que je connais bien parce que j’ai collaboré avec tous ses cadres locaux”, a affirmé le nouvel adhérent au RPM et ajouté qu’il se fixe désormais comme l’objectif, la réélection du président IKB en 2018.

“Avec l’adhésion de 14 conseillers au parti, il y a lieu de se réjouir. Nous sommes très contents aujourd’hui. La famille s’agrandit, c’est ce que nous souhaitons au quotidien”, a confié Mamadou Diarrassouba, secrétaire général de la section RPM de Dioïla.

Avant, le premier responsable de la section de Dioïla avait fait le point des communales du 20 novembre dans sa section. Il ressort que le cercle de Dioïla a enregistré le plus grand score du RPM en termes d’élus locaux avec 14 maires et 136 conseillers communaux. Un résultat qui s’accroit avec l’arrivée du maire URD de Doleudougou et les 14 conseillers des différentes formations politiques (URD, Modec, Miria, indépendants, etc.)

Cet exploit a été salué par le président du RPM, Dr. Bocary Tréta et tous les membres du BNP présents. Au cours de cette rencontre, le bureau politique national a appelé les militants à plus de cohésion en vue de bien affronter les échéances à venir.

Maliki Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here