Journée de l’Europe à Bamako : Les relations entre le Mali et L’UE magnifiées

38

Dans le cadre de la Journée de l’Europe et de la célébration du 67è anniversaire de l’Union européenne, l’ambassadeur de l’UE dans notre pays, Alain Holleville et son épouse, Cathérine Holleville, ont offert, mardi en début de soirée, une réception en leur résidence.
Le gouvernement était représenté par quatre ministres : Dr Abdramane Sylla, (Maliens de l’extérieur et Intégration africaine), Tiénan Coulibaly, (Défense et Anciens combattants), Maouloud Ben Kattra, (Emploi et Formation professionnelle), Adama Tièmoko Diarra (Aménagement du territoire et Population). De nombreuses personnalités, des hauts cadres de l’Etat et la forte communauté des Etats membres de l’UE étaient aussi parmi les convives.
Saluant la coopération exemplaire et dynamique qu’entretiennent le Mali et l’UE, le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine a, au nom du président de la République et du gouvernement, souhaité joyeux anniversaire aux partenaires européens, avant de relever que la célébration du 67è anniversaire de la création de l’UE se tient dans un contexte riche en événements en Afrique et en Europe. Pour lui, dans un monde en mutation, l’Afrique et l’Europe ont un besoin impérieux d’approfondir et d’adapter leur partenariat fondé sur des valeurs et des intérêts communs. « Dans cette perspective, le programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’Organisation des Nations unies ; le programme d’actions d’Addis Abeba (Ethiopie) sur le financement du développement; l’accord de Paris sur le changement climatique et les autres politiques pertinentes de l’UE constituent aujourd’hui l’architecture internationale pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) », a-t-il souligné. Le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine a aussi noté que le 5è sommet Afrique-UE qui se tiendra en novembre prochain à Abidjan, constituera une occasion unique d’apporter une réponse collective au contexte de mutation, de remodeler et d’approfondir le partenariat entre l’Afrique et l’UE. « Cela commande à la Commission européenne et à nos Etats respectifs de faire preuve de plus de détermination dans la mise en oeuvre des engagements respectifs. Après des rendez-vous manqués de 2007 et de 2009 pour la conclusion des négociations et la signature d’un Accord de partenariat économique (APE) avec la Commission européenne, les nombreuses initiatives consignées dans les documents de réflexion intitulé « Un partenariat renouvelé avec les Pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) » permettront d’aboutir à un consensus sur quelques divergences relevées », a dit Dr Abdrahamane Sylla avant de souligner que le Programme indicatif national (PIN) du 11è FED, signé le 6 mars 2015 à Bruxelles pour la période 2017-2020, cadre avec les objectifs définis dans le Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD 2016-2018).
L’ambassadeur de l’UE au Mali a noté que l’Europe reste de loin le premier donateur d’aide publique au monde. « Elle ne cesse de renforcer son engagement au service du développement, de la paix et de la lutte contre les atteintes à la liberté », a déclaré Alain Holleville. Il a également rappelé que les relations entre l’UE et le Mali sont anciennes, profondes, substantielles. « Elles se sont matérialisées avec le Fonds européen de développement par 2 000 milliards de Fcfa d’aide vers les premières heures de l’indépendance dans trois secteurs : transports, accompagnement macroéconomique et budgétaire et développement rural. En 2013, l’UE a substantiellement augmenté son intervention au Mali pour accompagner la sortie de crise. Elle a aussi renforcé toutes ses actions pour la consolidation de la démocratie », a-t-il détaillé.
Le diplomate européen a aussi rappelé que l’UE a déployé une mission de formation et de conseil auprès de l’armée malienne (EUTM) qui a formé 10 000 militaires depuis 2013. Depuis janvier 2015, une mission similaire (EUCAP Mali) opère au bénéfice de la police, de la gendarmerie et de la Garde nationale, a-t-il dit. Dans le cadre du suivi de la conférence de La Valette (Malte) sur la migration, poursuivra Alain Holleville, 9 projets ont été engagés dès 2016 sur le Fonds fiduciaire nouvellement créé pour 100 milliards de Fcfa. Ce fonds, a-t-il précisé, va permettre la mise en œuvre d’actions concrètes au bénéfice des populations et d’aider le Mali à renforcer sa capacité, ses conditions de sécurité, à contrôler les frontières et les mouvements des populations.

Sidi Y. WAGUE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here