Carnet de voyage: 4= mort

54

Trois petites semaines en Chine, dans le cadre du séminaire à l’intention des personnels seniors des médias des pays africains francophones 2017, nous a permis de palper, un tant soit peu, la culture, la gastronomie, le peuple chinois, surtout avec l’aide sans faille de nos guides et interprètes. C’est ainsi, nous avons appris que le chiffre ou lettre 4 est synonyme de mort. «Les Chinois n’aiment pas 4. C’est la mort. 4 n’est pas bon dans la conscience populaire en Chine », nous a raconté notre premier guide en Chine, notamment le guide qui nous a conduits à la Grande Muraille de Chine, dans la périphérie pékinoise. Nous avons par la suite découvert partout où nous nous sommes rendus les faits qui corroborent le propos de notre premier guide. En effet, en déplacement dans la Chine profonde à Xiamen où nous étions logés dans l’un des meilleurs hôtels de la ville le 4 n’existe nulle part. Il n’existe le bâtiment 4, l’étage 4, il n’existe pas la chambre 4. De 3 on passe directement au 5. Donc bâtiment 1-2-3-5-6 ; étage 1-2-3-5-6-7; chambre 1-2-3-5-6, etc. Par ailleurs, les Chinois sont accueillants, persévérants et se mettre à la disposition de l’autre, de l’étranger sans aucune considération de couleur, trouvant en son prochain, un autre humain qu’il faut accueillir avec le sourire et le plaisir de servir. Ce qui caractérise le peuple chinois, c’est la simplicité et l’esprit de patience, de savoir attendre, de rendre service à l’autre.
La variété culinaire et la gastronomie chinoises nous ont surpris et ont fait nos délices tout au long de notre séjour à Beijing et à Xiamen, contrairement aux différents clichés négatifs propagés contre la Chine. Le devoir bien accompli et la rigueur dans le travail ont caractérisé ce que nous avons ressenti en voyant le peuple chinois dans son occupation de chaque jour.
Par Hamidou Togo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here