Professeur Abdoulaye Niang : «L’Etat malien n’a que 20% de son or»

21

«Et en plus de cela, les communautés ne profitent pas de cette manne financière. À titre illustratif, sur les 72 milliards générés par la mine d’or de Gounkoto en 2012, l’Etat n’a eu que 6 petits milliards. Et tout le reste a été donné à Randgold. Je trouve que cela est inadmissible car à part ceux qui sont aux affaires, personne ne profite de ce métal précieux. Ni les communautés, ni les populations. Dans cette proposition, dans le cadre d’une vision de prospective partagée, nous avons demandé à ce que 5% soit attribué aux communautés, 15% pour d’autres pays africains, 40% pour le Mali et le reste 40% pour les autres à travers le monde. Ainsi, 60% de cette richesse va rester en Afrique. Si l’Etat ne modifie pas la répartition des ressources minières d’ici à juillet 2017, nous allons exiger la fermeture de toutes les sociétés minières au Mali. Celui qui va s’opposer à cela nous trouvera sur sa route. Et ces mines seront fermées sans violence. Certaines sociétés minières comme Randgold sont d’accord avec notre proposition, tout comme certains partenaires sociaux et les communautés. Mais, c’est l’Etat, à travers certains fonctionnaires, qui refuse parce que ceux-ci trouvent leur pain dans ça.

Aucun responsable ne peut dire avec exactitude la quantité d’or extraite par an au Mali. Les contrats que les sociétés minières signent avec le Mali portent seulement sur l’or tandis que beaucoup de produits dérivés de l’or sont commercialisés par ces sociétés, et cela leur rapporte de fortes sommes d’argent. Et en plus de cela, aucune autorité, ministre ou directeur au Mali, ne pourra dire avec exactitude la quantité d’or extraite dans le sous-sol malien. Car, primo, ils n’ont pas accès au sous-sol là où l’or est extrait et secundo, le produit n’est pas raffiné au Mali.»

La Rédaction


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here