Travaux d’entretien routier : Le programme 2017 est lancé

80

Il concernera 4 951 km de routes bitumées, 958 km de routes en terre et 1 386 km de pistes rurales sur l’ensemble du territoire national. Coût global de l’opération : plus de 19 milliards de Fcfa

Le ministre de l’Équipement et du Désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop a procédé dimanche dernier, à Kifosso I, une localité située dans le Cercle de Yorosso, à plus de 500 km de Bamako, au lancement du programme d’entretien routier au titre de l’année 2017.
Le ministre était accompagné de son collègue de l’Agriculture, Nango Dembélé. On notait également, la présence du président de la Commission des travaux publics de l’Assemblée nationale, Yiri Keïta, du directeur général de l’Ageroute, Baba Moulaye Haïdara ainsi que des autorités administratives, locales et coutumières des localités de Ségou, Sikasso, Yorosso, Kifosso I et des villages environnants.
Le présent lacement marque le début des travaux de l’entretien de 4 951 km de routes bitumées, 958 km de routes en terre et 1 386 km de pistes rurales sur l’ensemble du territoire national et dans le District de Bamako pour un montant global de plus de 19 milliards de Fcfa. L’objectif est de maintenir à un bon niveau de service, les principaux axes routiers pendant 2 ans, par la présence permanente d’entreprises qualifiées afin d’intervenir à temps pour les travaux d’entretien. Ceci permet non seulement de circonscrire rapidement les dégradations, mais aussi de minimiser les coûts d’entretien.
L’initiative consiste aussi à effectuer des travaux de nettoyage, de réparation d’ouvrages d’art et autres sur la RN1 Diéma-Sandaré-Kayes-Diboli, la Rn3 Bamako-Kati-Kolokani-Didiéni et Nioro-Gogui, la RN6 Ségou-Bla-Sevaré, la RN7 Sikasso-Zégoua, la RN11 Sikasso-Koutiala, la RN12 Bla-Koutiala-Koury-Frontière Burkina Faso, la RN13 Koutiala-Sienso, la RN15 Sévaré-Bandiagara, la RN28 RN7-Sélingué, la RN32 Point A-Mioh-Macina et la RN33 Ségou-Point A-Niono.
Les travaux d’entretien de la route Kimparana-Kifosso I-Yorosso, longue de plus de 80 kilomètres, sont financés par l’Autorité routière et confiés à l’entreprise EGK (Entreprise générale Mamadou Konaté) sous le contrôle et la surveillance du bureau d’études SIED (Société ingénierie développement équipement) pour un montant de 500 millions de Fcfa et pour un délai d’exécution de 8 mois. La maîtrise d’ouvrage est confiée à l’Agence d’exécution des travaux d’entretien routier (Ageroute) sous la supervision de la Direction nationale des routes.

Le chef du village de Kifosso I, Wafo Dao a saisi l’opportunité pour saluer la délégation et l’initiative. De son côté, le maire de la commune, Bounama Goïta a exprimé toute la joie des populations bénéficiaires, avant d’expliquer que la RN14 est une des routes les plus vieilles du Mali. Il a rappelé que cette route assurait le transport du poisson du delta central du Niger vers Bobo Dioulasso en Haute Volta (actuel Burkina Faso) et on l’appelait alors « la route du poisson ». Aujourd’hui, sa réhabilitation permettra de renforcer la capacité économique du Cercle de Yorosso car c’est une zone cotonnière dont la production s’élève à 13 472720 tonnes soit 38,12% de la production totale du pays, a indiqué Bounama Goïta. L’édile a ensuite présenté d’autres doléances comme la construction de la route Kaledougou-Zangoussou et ses CSCOM ainsi que le pont de Makingo.

L’Imam de la mosquée de Kissofo I, Moussa Goïta rappellera, de son côté, que la route Kimparana – Kifosso I -Yorosso avait été tracée par le président Modibo Keïta (vers les années 1965. Elle a ensuite été construite sous le régime de Moussa Traoré. Aujourd’hui, elle est quasi impraticable, a t-il déploré. Sa réalisation sera un grand soulagement pour les localités bénéficiaires, a t-il ajouté. « Notre marché hebdomadaire de mardi sera bien aminé avec l’écoulement facile de nos produits agricoles. Les véhicules auront aussi une longue durée de vie et les élèves pourront facilement se rendre à l’école », a t-il ajouté.

Avant de procéder symboliquement au lancement des travaux à bord d’un bulldozer, Seynabou Diop a souligné que l’entretien routier occupe une place de choix dans la mise en œuvre de la Politique nationale des transports et des infrastructures de transport et du désenclavement, adoptée par le gouvernement, notamment dans ses axes stratégiques à savoir : l’entretien et l’équipement des infrastructures existantes. La présente initiative matérialise la poursuite avec engagement et détermination ainsi que la traduction en actes concrets de la vision du président de la République en matière de désenclavement, a t-elle expliqué. Il s’agit, selon elle, de relier les zones de production aux zones de consommation, de valoriser les potentialités agricoles, minières et touristiques, d’assurer la mobilité des personnes et de leurs biens ainsi que l’accessibilité des populations aux services sociaux de base notamment, les infrastructures scolaires et de santé. L’objectif final étant de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations.

En sa qualité de président du Comité interministériel de la production et des infrastructures et, en même temps, ressortissant de Kifosso, le ministre Nango Dembélé a exprimé toute sa joie par rapport à l’initiative. Pour lui, c’est la fin d’un calvaire, car les opérateurs économique de San contournaient Kifosso pour passer par Koutiala et ensuite aller à Koury avec plus de 120 km supplémentaires. « Ce qui naturellement augmentait le coût d’évacuation de nos productions », a-t-il déploré.

La commune de Kifosso compte aujourd’hui 12 villages avec plus de 4 000 âmes dont des Miniankas (majoritaires), dogons, bozos, peuls, bambaras et bozos.
Envoyé spécial
Seydou TANGARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here