Ce qu’il faut retenir

39

Faut-il rappeler que c'est une visite à des forces françaises engagées dans la lutte contre le terrorisme et que rien n'oblige, lors d'une visite qui n'est ni une visite de travail, ni à fortiori une visite d'Etat, d'aller dans la capitale. Les autorités des deux pays sont tombées d'accord sur cette formule. Pourquoi chercher encore la petite bête ?En arrivant à Gao pour cette visite historique, le nouveau président français, Emmanuel Macron, après avoir échangé avec les troupes françaises, européennes, la Minusma et les autorités maliennes, a décidé de fixer trois priorités pour le Mali, à atteindre très rapidement.

On peut retenir entre autres la libération totale des régions du Nord du Mali, y compris Kidal, par un engagement ferme contre les groupes terroristes et le banditisme ; l'accélération de la mise en œuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation signé il y a deux ans ; la finalisation rapide des forces du G5 Sahel, force qui sera composée de 5.000 hommes pour combattre le banditisme et l'insécurité dans la zone sahélienne. En guise de bonne foi, Macron a demandé à IBK de vite finaliser les projets et de l'inviter à Bamako pour une rencontre d'opérationnalisation de la force du G5.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here