Ramadan : Le ministre Abdel Karim Konaté règle l’horloge des prix

16

C’est de la lapalissade que de dire que le ministre du commerce, Abdel Karim Konaté, est un spécialiste du mois de ramadan. Comme à son habitude depuis une demi-décennie, il a obtenu de ses partenaires, les commerçants et opérateurs économiques, le maintien des prix des denrées de grande consommation à un niveau raisonnable. Au grand bonheur des populations maliennes dont l’écrasante majorité s’apprête à entamer dans quatre jours le carême, pilier majeur de l’islam.

Durant tout le mois de ramadan (qui débute samedi en principe), les Maliens devront acheter le kilogramme du sucre à 550 F, le litre d’huile à 650 F et le sac de riz brisure à 17 500 FCFA. Autre bonne nouvelle : il ne devrait y avoir aucune pénurie de produits de première nécessité pendant cette période.

Ce cumul de bonheur vient du ministre du commerce qui a anticipé sur les tentatives de spéculations des commerçants sur les denrées de première nécessité en vue de créer l’inflation. Abdel Karim Konaté a fixé, de commun accord avec les membres du Conseil national des prix, les prix des denrées de première nécessité durant le mois de carême. Les opérateurs économiques et commerçants grossistes ont adhéré aux tarifs proposés.

Du coup, le riz, le sucre, l’huile alimentaire et le pain sont connus et doivent être affichés devant les boutiques et tous les points de vente de détail.

Ainsi, les grossistes cèdent le riz brisure à 330 FCFA le kg et le sac à 16 500 FCFA. Les détaillants vendent le kg à 350 F CFA et le sac à 17 500 FCFA.

Le prix du Kg de sucre importé est de 500 F CFA chez le grossiste et le sac à 25 000 F CFA. Les boutiquiers le donnent à 550 FCFA le kg.

Le prix du litre d’huile alimentaire est fixé à 600 chez les grossistes et 650 FCFA chez détaillants.

Le pain ? Son prix reste inchangé : 300 FCFA.

Crépin

 


Source : Maliweb

Maliweb