Mali: arrestation d’un «baron» du trafic de drogue de la sous-région

91

C'est l'Office central des stupéfiants (Ocs) qui a donné l'information de l'arrestation d'un baron du trafic de cocaïne à Bamako. Le suspect, de nationalité guinéenne et répondant au nom d’Ibrahima Bah dit "Rougeot", âgé de 33 ans, est réputé pour être l'un des barons du trafic de cocaïne et cerveau de plusieurs gangs.
Il a été présenté au procureur du pôle judiciaire spécialisé et est poursuivi pour trafic de drogue et association de malfaiteurs. Il répondra de ces chefs d'accusation avec plusieurs de ses complices arrêtés depuis plusieurs mois dans différentes affaires. L'épilogue de cette affaire dont les enquêtes sont en cours depuis plusieurs mois permettra de démanteler enfin un grand réseau de trafic de cocaïne.
L'Office central des stupéfiants du Mali le qualifie de «baron du trafic de cocaïne» dans la sous-région. Ce ressortissant guinéen arrêté la semaine dernière est désormais inculpé pour «trafic illicite de stupéfiants». L'homme était à la tête d'un réseau de trafiquants dont trois autres membres ont aussi été arrêtés. Il est né en Côte d'Ivoire, mais il a la nationalité guinéenne. L’homme qu’on appelle plus couramment par son surnom Rougeot, brandit souvent sa carte d’identité malienne, une fausse.
Faussaire, il est également, selon l’Office central des stupéfiants, un grand baron du trafic de drogues dures comme la cocaïne et l’héroïne. Son réseau serait alimenté à partir de la Guinée Conakry et de la Guinée Bissau. Rougeot, 33 ans, travaille avec des mules chargées de transporter et d’écouler la marchandise. Trois de ses revendeurs et complices ont d’ailleurs aussi été arrêtés.
Une quantité importante de drogue a été saisie pour une valeur estimée à plus de 50 millions de francs CFA. Aujourd’hui, dans le cadre de cette affaire, les enquêteurs sont activement à la recherche d’un laboratoire clandestin de conditionnement de stupéfiants dans la capitale malienne. Ils s’intéressent également au train de vie du très riche chef du réseau arrêté : voitures de luxe, villas cossues à Bamako... L’équipe de recherche et d’enquête veut aller vite, surtout qu’elle craint des pressions pour étouffer l’affaire.
Nabillaye TOURE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here