Protocole d’Accord du 27 avril 2017 : Les éclaircis du président de la FEMAFOOT Boubacar Baba

65

En conférence de presse, tenue hier jeudi au siège de la Fédération Malienne de Football, le président de la FEMAFOOT Boubacar Baba Diarra est revenu sur la décision de la FIFA qui a rejeté les résolutions prises lors du protocole d’accord signé le 27 avril dernier entre le comité exécutif de la FEMAFOOT, un collectif des clubs et les ligues. Conformément à la décision de la FIFA une assemblée générale sera organisée le 12 juin pour la levée des sanctions infligées aux dirigeants sportifs et non pour la mise Comité de normalisation, tel qu’ indiqué dans l’accord.

Dans le protocole d’accord signé le 27 avril dernier, la Fédération Malienne de football avait été invitée à saisir dès le 2 8 avril c’est-à-dire aussitôt après la levée de la sanction de dissolution du comité exécutif par le ministre de saisir la FIFA pour qu’elle à son tour puisse lever la sanction de suspension de la FEMAFOOT. La deuxième tâche qui consistait à lever toutes les sanctions infligées à des personnes physiques dans le cadre de la crise. Le 28 avril une lettre circulaire a été envoyée par la fédération à toutes les ligues régionales de football et à celle du District de Bamako les invitant à lever x facto les sanctions qui ont frappé les personnes physiques dans le cadre de la crise du football malien. La Fédération Malienne de Football a également été invitée à suspendre toutes les actions recours judiciaires tant au niveau national qu’international. Au niveau national l’avocat de la Fédération maître Dembélé a adressé une lettre au président de la cour suprême pour la suspension des recours en annulation des décisions du ministre que la Fédération a trouvées excessives et l’assimilées à un excès de pouvoir. Nous avons attaqué les deux décisions devant la section administrative de la cour suprême. Dès le 2 mai maître Dembélé a saisi cette cour pour suspendre cette poursuite. Maître Dembélé a également adressé une lettre au procureur général de la république pour la plainte qu’on avait initiée pour atteinte au bien privé. Ceux qui ont suivi le déroulement de la crise ont vu un matin le CONOR et la Direction Nationale des Sports sont passés devant la Fédération Malienne de Football un bien privé qui a été érigé sur un terrain acquis sur fonds FIFA par la Fédération Malienne de Football le bâtiment a été réalisé sur fonds FIFA au compte de la Fédération Malienne de Football, que les gens viennent apposer le sellé sur ce bâtiment qui est considéré comme un bien privé, nous avons attaqué la mesure devant le tribunal de grande instance de la commune 4. Ce tribunal s’étant montré incompétent amena la Fédération à saisir le procureur général de la cour d’appel de Bamako. Maître Dembélé a demandé à ce que cette poursuite lui soit sursis au niveau du procureur général de la république.

Au plan international puisque nous avons été estés en justice devant le TAS, ils ont saisi le TAS en exécution des dispositions du protocole d’accord pour dire qu’ils veulent suspendre la poursuite qu’ils ont initiée à l’encontre de la Fédération Malienne de Football. Il fallait que la Fédération adhère à cela. Le TAS nous as saisi pour demander si on est d’accord demandés si on était d’accord.

Nous avons été invités dans le cadre du protocole à saisir la FIFA pour l’inviter à superviser une assemblée générale de la Fédération Malienne de Football qui devait être convoquée pour le 12 juin au plus tard à l’effet de la mise en place d’une commission de normalisation. C’est ce que la Fédération a fait en envoyant une correspondance à la FIFA dès le 3 mai pour venir superviser cette assemblée générale. La réponse de la FIFA ne s’est pas fait attendre. Dès le 4 mai la FIFA nous a répondus pour dire qu’en l’état actuel la mise en place d’une commission de normalisation relève de sa seule compétence à elle. Après l’analyse de la situation du football malien elle n’en voit ni l’utilité ni l’opportunité surtout à six mois de la fin d’un mandat.

En clair la FIFA dit qu’il n’y aura pas de commission de normalisation, elle ne viendra pas à cette assemblée générale.

Pour la convocation de l’assemblée générale la FIFA pense que c’est pas à une structure adhoc différente de la Fédération qui doit imposer à la Fédération de convoquer une assemblée générale. La convocation d’une assemblée générale de la Fédération Malienne de Football incombe à la Fédération Malienne de Football, c’est elle qui doit initier cela mais pas une autre structure.

La Fédération Malienne de Football a exécuté l’entièreté des tâches qui lui a été confiée et dans les délais prescrits.

Cette assemblée générale qui se tiendra le 12 juin aura un seul point à l’ordre du jour à savoir la confirmation de la levée des sanctions par le comité exécutif de la FEMAFOOT. Le comité exécutif n’est pas habilité à lever les sanctions. Ce n’est pas le comité exécutif qui a infligé les sanctions c’est l’assemblée générale l’organe suprême de la Fédération Malienne de Football qui a eu à sanctionner les camarades pour les comportements déviants. Donc il appartient en conformité des actes que ce soit l’assemblée générale qui valide cette levée des sanctions.

A noter qu’en marge de cette conférence de presse le président de la Fédération Malienne de Football Boubacar Baba Diarra a reçu de la part d’une délégation venue de la Guinée Conakry un cadeau pour ses efforts.

Almihidi Touré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here