Mouvement de Communauté de Culture Songhoï : ‘’IR GANDA’’ La voix de la majorité au Nord du Mali !

23

La communauté de Culture Songhaï en Mouvement – IR GANDA a animé une conférence de presse dans la matinée du samedi 03 juin, dans la salle de conférence de la Maison de la Presse, elle a regroupé un grand nombre de cadres songhoï et dignitaires. Cette conférence animée par l’ex Premier ministre Ousmane Youssouf Maiga a été l’occasion de lever un coin de voile sur les objectifs du mouvement et les conclusions de sa toute première assise, tenue à Gao du 19 au 21 mai 2017.
De prime abord Ousmane Youssouf Maiga dira que la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger a contribué à apaiser le conflit dans le septentrion de notre pays, sans toutefois, dissipé toutes les menaces qui planaient, dont celles des groupes criminels et terroristes.
Pour lui en plus de la situation d’insécurité d’autres problèmes d’ordre endogène existent, à savoir la mauvaise gouvernance, les questions environnementales et la gestion conflictuelle des patrimoines collectifs dans le contexte de la démocratie et de la décentralisation. Concernant ceux d’ordre exogène, ils relèvent selon le conférencier des exigences contraignantes de l’ordre économique international ayant fortement contribué à la déstructuration des valeurs culturelles et le vivre ensemble. Toutes choses, dit-il, qui ont dégradé considérablement les conditions de vie des communautés de culture songhaï.
Selon lui compte tenu de tout ceci, ces communautés aussi bien au Mali qu’à l’extérieur du pays, dans toutes leurs diversités après plusieurs mois de riches échanges et de concertations fructueuses ont décidé de mettre ensemble leurs efforts en vue de la création d’un mouvement dénommé : « communautés de culture songhaï : IR GANDA ».
« L’objectif de ce mouvement est de défendre notre patrimoine historique, nos intérêts moraux, socioculturels et économiques » déclare Ousmane Youssouf Maiga, tout en précisant qu’il s’agit pour eux de jouer leur partition dans un Mali unique, laïc, républicain et démocratique. De ce fait, ce mouvement est dédié à la mise en œuvre des solutions répondant aux attentes et aspirations profondes des communautés Songhoï.
Concernant les assises, tenues du 19 au 21 mai 2017 dans la ville de Gao, M. Maïga s’est réjouit de la présence effective de plus de 6000 participants venus de tout le pays et de la diaspora.
Le conférencier dira que cette rencontre de trois jours a été sanctionnée par des recommandations pertinentes/ Au nombre desquelles: le rejet catégorique et systématique de l’appartenance des régions de Tombouctou, Gao, Mopti, Ménaka, Kidal et Taoudéni dans l’espace géographique dit ‘’Azawad’’, l’arrêt immédiat du rançonnement des populations civiles des régions du nord par les groupes armés. Ainsi que le désarmement de tous les groupes armés dont les milices et l’organisation de la défense civile et le redéploiement sans délai des forces armées et de sécurité dans toutes les régions du nord.
L’ex Premier ministre précisera que ce mouvement n’est ni un mouvement armé (parce qu’il est représenté par l’écrasante majorité des populations qui constituent plus de 83%), ni un parti politique, ni une association à vocation lucrative ni une association confessionnelle.
Enfin, il a invité l’assistance à ne pas confondre la langue songhoï et le patronyme Maïga qui est un piège à éviter, le songhoï peut être considéré comme une culture multidimensionnelle appartenant à plusieurs groupements humains partageant un même terroir que le songhoï.
Par Maimouna Sidibé (stagiaire)

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here