Réalisation de la route de Tamani / Ousmane Chérif HAIDARA va-t-il abandonner le peuple au profit d’IBK ?

7

Cet homme a de l’expérience dans la vie tout court, car il est passé par toutes les phases du combat de la vie depuis l’apprentissage de l’islam.Il a été un apprenti ouvrier, un ouvrier, un chef d’équipe, un contre-maitre, un technicien supérieur, un ingénieur, un chef de projet, puis un guide concepteur. C’est d’ailleurs pourquoi, il a la facilité d’expliquer dans un bamabara facile, les concepts de l’islam. Aujourd’hui il est un leader incontesté dans la sous-région dans le domaine de la conceptualisation de l’islam. En plus, ses œuvres sociales sont énormes et elles soulagent toutes la souffrance des peuples sur cette terre. En un mot, c’est un grand sage qui n’a rien fait pour lui seul, mais tout est au profit des peuples. Nous pensons que c’est normal pour lui de demander à ce que ses fidèles roulent sur une route bitumée jusqu’à Tamani afin de soulager leur souffrance.

D’ailleurs ce bitumage aurait dû se faire depuis quatre ans. L’argent de la surfacturation de l’avion présidentiel et celui de l’achat des armements militaires auraient pu réaliser cette route. Mais chaque président a son talon d’Achille. Celui d’IBK est le manque de vision pour le développement du Mali. A la veille des élections de 2018, il faudra faire le lancement de cette route de Tamani, pour amener le Chérif HAIDARA, dans son giron étant entendu que ce dernier a toujours refusé d’être à la solde d’un quelconque régime échappant ainsi au  piège tendu par les dirigeants politiques.

A la faveur de la cérémonie de lancement de la dite route,le Chérif a déclaré que tous les religieux du Mali soutiennent IBK et tous, ils aiment IBK, cette phrase a été prononcée à la surprise générale de tous les maliens car ce sont des mots très forts qui font pleurer IBK en de pareilles circonstances. Nous suggérons au Chérif Ousmane HAIDARA, d’aller à la vitesse de l’escargot  pour ne pas décevoir ses fidèles. C’est en janvier 2017, qu’il sommait les religieux à choisir entre la religion et la politique, parce que pour lui un religieux est un homme de Dieu, il ne ment pas, alors qu’en politique on est obligé de dire une chose et son contraire à la fois, d’aimer également une chose et son contraire à la fois. Ce jeu acrobatique ne sied pas à un homme de Dieu. C’est ce que le Chérif a compris tôt. Mais à notre grande surprise le lancement des travaux de bitumage de la route de Tamani a été l’occasion pour le Chérif de dire que tous les religieux du Mali soutiennent et aiment IBK. Cela est-il une consigne de vote en faveur d’IBK en 2018, ou une simple formule de remerciement du Président IBK. Attention, entre les deux, il y a qu’un pas qu’on peut franchir aisément si le sens de la formule n’est pas compris. Avez-vous consulté les autres religieux avant de prononcer cette phrase ? Avez-vous consulté le Président du Haut Conseil Islamique  le sage Mohamoud Dicko avant de prendre cet engagement en faveur d’IBK aux noms de tous les religieux ?

En prononçant cette phase savez-vous que vous êtes devenu un homme politique désormais, car vous avez montrez votre préférence et donner votre consigne de vote pour quelqu’un qui avait tenté le 21 décembre 2015 d’empêcher les fêtes du Maouloud ?

Le message du Chérif, en tant que guide spirituel, devrait être des bénédictions afin que le Mali soit sauvé, mais pas de donner une consigne de vote pour davantage maintenir le peuple malien dans la souffrance, la peur, l’insécurité, l’incertitude et la faim. Est-ce le fait qu’un honorable député qui a cité le nom du Chérif Ousmane HAIDARA comme un futur membre du SENAT, que vous êtes devenu à la fois un religieux et un homme politique. Votre expérience devrait vous évitezce piège. Si c’est le cas pourquoi alors demander aux autres religieux de choisir entre la religion et la politique, si on peut faire les deux à la fois ?

En conclusion le peuple malien qui comptait sur le Chérif pour un choix éclairé, est dans l’angoisse totale en ce moment à cause de sa consigne de vote qui vient de lui casser le ressort d’espoir qui faisait sa patience avant 2018. Le peuple ne compte désormais que sur le bon Dieu pour lui tirer des griffes d’un fou de pouvoir.

Ivette GUINDO


Source : Maliweb

Maliweb