EDM SA et ses services médiocres : La grande déception !

23

Qui l’aurait cru ? Après le recouvrement de plusieurs milliards de nos Francs dans une grande offensive de recouvrement, les dirigeants faisaient tout pour rassurer la population concernant les coupures d’électricités qu’elle a connu. On aurait même cru que c’est la fin des délestages et autres pratiques qui faisaient monter la tension entre cette structure et sa clientèle. Mais hélas, avec du recul, la montagne n’aura accouchée que d’une souris.

Après l’opération de ratissage dans les grandes structures étatiques et privées, où l’Energie du Mali (EDM-SA) a pu recouvrer des crédits de plusieurs années, s’estimant à des liasses de milliard de Franc CFA, la montagne n’aura-t-elle pas accouché d’une souris ? D’après les propos de certains responsables d’EDM-SA, après ces recouvrements de dette, il n’y aura plus de délestage, en terme de fourniture d’électricité. Mais hélas, ce que nous vivons aujourd’hui n’en-est pas loin.
Ainsi, les villes de Mopti, Sévaré, Bamako et d’autres grandes villes du Mali connaissent toujours des perturbations dans ce secteur clé du développement, paralysant ainsi les activités génératrices de revenus dans plusieurs secteurs.
Mais l’EDM-SA, dans sa gestion ne se trompe-t-elle pas de stratégie ? De toutes façons, Alkaly Keïta, Directeur Général de l’Energie du Mali sous le régime Alpha Oumar Konaré laissait entendre que les maliens ne doivent pas payer pour avoir de l’électricité, vu les moyens gigantesques de production dont le pays possède et vu les ressources. Il laissait aussi croire qu’il ne doit jamais y avoir de rupture en fourniture d’électricité, compte tenu du fait que le Mali donne de l’électricité à certains pays qui ne connaissent pas le délestage.
En analysant bien ces propos qui lui sont attribués et en tenant compte de son assassinat, nous pouvons vraiment accorder du crédit à ses préoccupations. Tout est une question de politique et de bonne gouvernance. Sinon, avec les barrages hydroélectriques de Markala, Selingué et Manantali et leurs puissances en termes de production d’électricité, les 10 régions du Mali et le district de Bamako ne devraient pas connaître de difficultés en termes de fourniture d’électricité.
Même, à défaut de la gratuité, la population doit payer beaucoup moins que ce qu’il en est aujourd’hui. Or, malheureusement, le coût augmente chaque année alors que la qualité de fourniture reste toujours dégradée. Alors, y aurait-il un manque de visionnaire dans ce secteur ? Le Gouvernement est vivement interpellé !
Yamborko Nadège Douyon

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here