Groupements féminins: le ministre Oumou Touré offre des vivres

20

La Maison de la femme de Bamako rive gauche a abrité, vendredi dernier, une cérémonie de remise de dons en vivres aux groupements des femmes de la capitale. Les bénéficiaires étaient notamment de la Fédération des femmes handicapées, l’Association des femmes de petite taille, les vendeuses de poisson du Marché Dossolo, communément appelé « Sukunikoura », et les femmes déplacées des 5 régions de Nord du Mali à Bamako.

C’était sous la présence de Mme TRAORE Oumou TOURE, le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, en présence de la directrice de la Maison de la femme et les autres services rattachés du département en question.
Sept tonnes de sucres, quatorze sacs de lait en poudre et une demi -tonne de riz, le tout d’une valeur financière de 7 455 000 CFA, voilà le don offert par le ministère de la Promotion de femme, de l’enfant et de la famille à une centaine de femmes de différentes associations. Ladite cérémonie de don s’inscrivait dans le cadre du mois ramadan et de prise de contact entre le ministre TOURE et ces groupements de femmes à qui la vie n’a pas fait cadeau. Venues très nombreuses pour répondre à l’appel de celle qu’elles qualifient de partenaire de longue date. Les présidentes des différentes associations n’ont pas tari d’éloges pour apprécier ce geste très significatif en ce mois béni du ramadan.
D’entrée de jeu, Mme DJIGUINE Hatouma GAKOU, présidente de la fédération des femmes handicapées du Mali, a apprécié ce geste du ministère en charge de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille à sa juste valeur.
« Le fait de nous donner ces vivres est à saluer. Ce ne sont pas ces sacs de sucre, de lait et de riz qui nous touchent, mais le geste de donner, qui nous va droit au cœur. Au nom de toutes les femmes handicapées de notre fédération, nous disons merci à Mme le ministre et à son cabinet », a-t-elle dit. Elle a par ailleurs présenté sa fédération qui est composée de femmes mal-voyantes, des sourdes muettes des femmes atteintes d’albinismes et celles malades de la lèpre. Elle a salué la bravoure de ces femmes qui ont refusé de faire la manche sur les artères des grandes villes. Pour finir, Mme DJIGUNE a promis de faire une bonne distribution de ces vivres juste après la cérémonie de remise.
Mme Fadimata Wallet Oumar a au nom des femmes des régions du Nord reconnu que c’était la première fois que le département en charge de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille fasse appel aux femmes déplacées du Nord en cette circonstance.
« Ce geste de notre sœur nous témoigne qu’elle est à la place qui lui sied parfaitement. Car nous la connaissons depuis des années dans cette lutte acharnée pour l’unité malienne. Notre présence ici est la parfaite illustration de cette volonté. Nous aussi, nous sommes prêtes à aller avec elle dans cette logique, car la crise n’a fait que durer », a-t-elle promis. Mme Wallet a ensuite exhorté Mme TRAORE et son cabinet à faire des missions au Nord pour sensibiliser les jeunes et certaines personnes récalcitrantes à la paix que la majorité des Maliens recherchent.
Mme Adam Ndiaye, porte-parole des vendeuses de poisson du marché Dossolo, a déploré la très grande sollicitation frôlant le harcèlement à son endroit pendant les périodes d’élection de la part des hommes politiques. Des activités politiques qui se soldent malheureusement en queue de poisson.
Comme Mme Walet, Mme Ndiaye s’est aussi réjouie que son association soit valorisée par une institution de l’État. « Même pour ce geste très significatif, nous sommes prêtes à accompagner Mme TRAORE dans toutes ses missions. Nous sommes une association de plusieurs dizaines de femmes qui évoluent dans le domaine de la chaine de valeur du poisson. Malheureusement, les politiciens se servent de nous et disparaissaient après les élections », a-t-elle regretté.
Mme le ministre a soutenu que chaque femme du Mali compte. Elle a une fois de plus rappelé sa mission qui est celle de rencontrer les femmes, les écouter et de chercher des solutions idoines aux problèmes auxquels elles sont confrontés.
Pour répondre à Mme Walet, Mme TRAORE a rassuré que son département ne ménagera aucun effort pour que les femmes du Mali acceptent d’embarquer dans le même bateau. « Pour cela, nous allons dialoguer avec nos sœurs où qu’elles se trouvent. S’il faut monter à dos ânes ou à dos de chameau pour les atteindre nous le ferons pour les rencontrer. C’est seulement le dialogue qui permet à ces femmes d’apaiser et de comprendre que leur pays, le Mali a plus que jamais besoin de chaque fille et de chaque fils. », a-t-elle promis.

Par Christelle KONE

Source : aBamako

aBamako