Visite du président de la Commission de l’UA : Un HopitalL mobile pour l’armée à Gao.

15

Cet hôpital servira non seulement les forces armées maliennes, mais aussi les populations civiles. Son coût de réalisation est de 1,6 milliard de Fcfa

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), en visite dans notre pays, s’est entretenu vendredi avec le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita. Au sortir de cette audience qui a eu lieu au Palais de Koulouba, Moussa Faki Mahamat a déclaré que l’objet de sa tournée sahélienne était de réaffirmer l’engagement et la solidarité de l’Union africaine avec la région du Sahel, particulièrement avec le Mali dans sa lutte contre le terrorisme et les réseaux criminels. A ce propos, il a salué et félicité le chef de l’Etat pour son leadership qui a permis la mise en place de la Force conjointe du G5 Sahel. Il a également salué l’implication personnelle du président Kéita dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.
L’entretien du président de la Commission de l’Union africaine avec le chef de l’Etat a aussi porté sur la situation en Libye et les différents projets de l’UA pour notre pays. Moussa Faki Mahamat était accompagné à cette audience par le Commissaire à la paix et la sécurité de l’UA, Smail Chergui et la Commissaire aux Affaires politiques de l’UA, Mme Minata Samate Cessouma.
Auparavant, le président de la Commission de l’Union africaine et le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, ont signé un mémorandum d’entente entre le Mali et la Commission de l’Union africaine, portant installation de l’hôpital mobile de niveau II au Camp I des Forces armées maliennes à Gao.
La signature du document a eu lieu à Koulouba en présence du ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiénan Coulibaly.
Cet hôpital servira non seulement les forces armées maliennes, mais aussi les populations civiles. Son coût de réalisation est de 3,2 millions de dollars (environ 1,6 milliard de Fcfa).
Le président de la Commission de l’UA a indiqué que ce geste de son organisation, certes modique, vient droit du cœur et marque son engagement à soutenir le Mali dont le monde entier admire la résilience face à l’adversité. «Le problème de paix et de sécurité auquel le Mali fait face touche l’ensemble de la région», a indiqué Moussa Faki Mahamat qui a salué la mise en place d’une Force conjointe du G5 Sahel qui luttera contre le terrorisme, le trafic illégal des êtres humains, la criminalité transfrontalière y compris la migration illégale. «L’Union africaine a déjà fait adopter le projet par le Conseil de paix et de sécurité de l’organisation africaine.
Le dossier est en discussion au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies», a-t-il expliqué. Il a émis le souhait que la Force conjointe du G5 Sahel fera la différence. L’Union africaine, a promis le président de la Commission, continuera à soutenir le Mali dans la résolution définitive de sa crise.
De son côté, le ministre Abdoulaye Diop a salué la solidarité de la Commission de l’UA envers le Mali pendant la période de la crise.
Au nom des plus hautes autorités du Mali, il a salué l’apport financier de la Corée du Sud dans la réalisation de l’hôpital mobile à Gao.
Le président de la Commission de l’UA s’est également entretenu avec les ambassadeurs africains et les responsables du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali (CSA). Il avait entamé sa visite par Gao où il a rencontré les représentants des forces internationales, notamment l’Opération française Barkhane et la MINUSMA, des Forces de défense et de sécurité maliennes, du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), de la société civile et ceux de la jeunesse.
Moussa Faki Mahamat a aussi assisté à la cérémonie de clôture du projet pilote de maraîchage et du lancement du nouveau projet « Iré Yé », financé aussi par l’Union africaine.
Ce nouveau projet vise l’intégration socioéconomique des femmes des villes de Gao et Ménaka, dans les domaines du maraichage, ou encore de l’embouche des petits ruminants et des bovins.
Le projet pilote de maraîchage, financé par l’UA à hauteur de 3.750.000 FCFA, a permis à 300 femmes des quartiers de Djidara, Boulgoundjié et Gadaye, de développer leurs activités durant 9 mois.

Adama DIARRA

Source : aBamako

aBamako