Laxisme au sommet de l’État Malien : Amadou Koita, ministre ou opérateur économique ?

40

Si certains fonctionnaires chargés de gérer les ressources publiques se cachent derrière le favoritisme et la surfacturation pour avoir « leur part » dans les marchés qu’ils attribuent, d’autres appliquent la formule beaucoup plus simple et sans inquiétude.

La plupart des fonctionnaires et ministres maliens sont en même temps commerçants, fournisseurs, prestataires de services et opérateurs économiques. Chose pourtant proscrite par la loi !
S’il y a un phénomène qui mine sérieusement notre économie, c’est sans aucun doute la souplesse dans l’application des textes. Car c'est ce manque de rigueur qui fait que nos entreprises commerciales et industrielles sont déloyalement concurrencées par les entreprises étrangères. Une légèreté dans l’application des textes qui fait que n’importe qui peut faire n’importe quoi sans crainte.
En effet, c’est le cas du ministre Amadou KOITA, le louangeur des Présidents (ATT hier puis IBK aujourd’hui), non moins ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne. Ce dernier, à en croire nos sources, serait un véritable chef d’entreprise évoluant dans plusieurs domaines. Aux dires de notre informateur, le ministre Koita serait propriétaire d'au moins deux remorques faisant le transport entre Bamako et Dakar.
Pourtant, conformément au code du commerce malien ainsi que l’acte uniforme de l’OHADA relatif au droit commercial général (applicable au Mali), il est interdit aux fonctionnaires et ministres en exercice toute activité commerciale.
Au Mali, l’administration regorge beaucoup d’Amadou Koita, malicieux, qui savent monter leurs affaires à tel point qu'il n'est pas facile de trouver de preuves.

Dognoumé Diarra

Source : aBamako

aBamako