Le ministre Bathily à propos de l’affaire de Souleymanebougou : « C’est l’Etat qui a gagné le procès … »

19

Le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et des Affaires Foncières, Me Mohamed AlyBathily, accompagné d’une forte délégation, était le vendredi 9 juin dernier sur les chantiers des logements sociaux de Samaya, Kati et Kambila pour constater l’évolution des travaux.
La visite a commencé par les chantiers de Samaya où le ministre et sa délégation ont pu constater de visu l’évolution des travaux confiés à l’entreprise SOPROMAC Immobilière SA. Le coût de réalisation est estimé à 3.577.500.000 FCFA pour 78 logements de types F5 Duplex. Les travaux de viabilisation et de construction du site sont terminés et réceptionnés depuis octobre 2016. Après Samaya, la délégation s’est rendue à Kati-Sikoro pour constater l’évolution des chantiers dont les travaux sont confiés à la société SIFMA pour un coûttotal de 14.679.518.267 FCFA. Il s’agit de logements de type F3A appelé « LouanzéKélé) comprenant 2 chambres, un salon, un couloir, une terrasse, une toilette interne, une cuisine interne et une toilette externe à l’annexe, de type F3B ou « Mandini » qui comporte aussi 2 chambres, un salon, un couloir, une terrasse, une toilette interne, une cuisine interne et toilette externe à l’annexe et de type F4 appelé « DenwJigui » comprenant également 2 chambres, un salon, un couloir, une terrasse, une toilette interne.
Le dernier site des logements sociaux visité par le ministre a été le chantier des 1000 logements de l’armée àKambilaconfié à SOPROMAC-Immobilière SA dans le cercle de Kati.
Selon une note technique de la Direction de l’Urbanisme et de l’Habitat, ce site ne peut contenir que 893 logements dont 200 de type F4 et 693 de type F3 sur les 1000 logements prévus. Le site pour les 107 logements restant est à définir par le promoteur. Les logements F3 comprennent un salon, un débarras, un hall, une toilette interne, une terrasse couverte et une découverte. Quant aux logements de type F4, ils comportent une chambre principale avec toilette interne, 2 chambres secondaires, un salon, un couloir, une terrasse couverte et une cuisine interne. Le ministre a pu constater l’évolution des travaux qui est à 22,81% sur un délai consommé de 70%.
Partout où il a été, le ministre a beaucoup insisté sur le volet protection de l’environnement en demandant aux entreprises de planter des arbres sur les sites au lieu de laisser cela à la charge des futurs occupants. Selon lui, ceci permettra non seulement de donner un peu de confort aux futurs occupants mais aussi de donner du travail aux jeunes pour l’entretien des arbres plantés sur le site.
Le ministre Bathilya profité de cette occasion pour visiter l’usine de fabrique de briques appartenant à l’entreprise SOPROMAC Immobilière SA.
Les mises au pont du ministre Bathily
A la fin de cette visite de terrain, le ministre a fait quelques mises au point aux micros des journalistes qui l’accompagnaient. Il s’agit entre autres, de son sentiment sur l’évolution des chantiers, la zone aéroportuaire, l’affaire de Souleymanebougou, son bras de fer avec certains spéculateurs fonciers, etc…
Le ministre s’est dit satisfait de l’évolution des différents chantiers qu’il a visités. S’agissant de la violation de la zone aéroportuaire par des particuliers, il a été catégorique. Selon lui, les auteurs de cette violation sont pires que les rebelles car ils sont entrain de défier l’autorité de l’Etat, peu importe les décisions des autorités administratives et coutumières qui sont en train de les motiver dans ce sens.
Me Mohamed Aly Bathily les a mis en garde qu’ils ne pourront jamais avoir de titres fonciers sur l’espace car la zone est déjà protégée par un autre titre foncier datant de très longtemps. Et leur comportement risque de leur causer du tort dans les jours avec la démolition de toutes les concessions illégales dans cette zone.
En ce qui concerne l’affaire de Souleymanebougou qui opposait l’Etat aux déguerpis, le ministre Bathily a précisé que contrairement à certaines informations distillées dans la presse, c’est plutôt l’Etat qui a gagné le procès et non les victimes de la démolition.
Le ministre a profité de l’occasion pour évoquer le bras de fer qui l’oppose au député Hady Niangadou qui a attaqué sa décision d’annulation de ses titres fonciers irréguliers en justice alors qu’il était ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières.
Selon le ministre Bathily, les Titres Fonciers de Hadi Niangadouà N’Tabacoro ont été faits sur la base de la fraude en complicité avec l’ancienne Directrice Régionale des Domaines et du Cadastre de Koulikoro. D’après lui, ils ont été établis sur un Titre Foncier appartenant à l’Etat pour cause d’utilité publique.
« Ce n’est pas la décision d’une simple directrice qui peut changer la vocation d’un tel titre pour le donner à quelqu’un d’autre », a-t-il déclaré. Avant de signaler que l’Etat doit encore aux victimes d’expropriation pour cause d’utilité publique, la somme de 5 milliards FCFA.
M.D

Source : aBamako

aBamako