IBK : « s’il y a eu déficit de communication, c’est que Sidiki N’fa Konate est allé, comme d’habitude, danser du balafon dans son village au lieu de s’occuper de ma com’ a l’ORTM »

104

Assis, seul, dans un coin du jardin de sa résidence privée, IBK semble préoccupé. Lunettes noires posées sur le nez, les yeux rouges et les traits tirés, il ne pipe mot. Le regard fixé sur le sol, il maugrée des mots inaudibles. Il a fallu notre arrivée pour le tirer de ses réflexions, qui semblent l’assaillir. Le président de la République, Chef de l’Etat, chef suprême des Armées, président du Conseil des ministres, président du Conseil supérieur de la magistrature….nous invite à prendre place à ses côtés pour la traditionnelle interviou imaginaire. Ou presque. Sans concession.

Mr le président, vous ne semblez pas au mieux de votre forme ?

C’est le contraire, qui aurait dû t’étonner, Le Mollah !

Et pourquoi ?

Et tu oses me demander pourquoi ?
C’est pas vous les journalistes, qui écriviez dans vos torchons, appelés journaux, que la révision constitutionnelle n’a d’autre but que de faire de moi un « Monarque », en m’accordant des pouvoirs immenses. Ou faire en sorte que mon fils, Karim Keïta, puisse me succéder au pouvoir dans les mois à venir. N’importe quoi !

Mr le président, vous devez convenir avec moi qu’il y a eu déficit de communication autour de cette révision constitutionnelle. Le Malien lambda ne connaît ni les tenants, ni les « abroutissants », pardon les aboutissants de cette révision constitutionnelle. Toute la polémique est à ce niveau.

Je suis d’accord ! Mais cela vaut-il le coup d’organiser des marches, même lorsqu’elles sont interdites ? S’il y a déficit de communication, c’est que Sidiki N’Fa Konaté est allé, comme d’habitude, danser du balafon dans son village, au lieu de s’occuper de ma communication à l’ORTM. J’ai déjà en tête la punition, qui lui sera infligée : le gaver de « tiga déguè » jusqu’à……..

Jusqu’à quoi ?

Laisse tomber, Le Mollah ! Je ne veux pas frustrer ma cousine, à laquelle il est marié.

Ne serait-il pas mieux de décaler un peu le jour du référendum pour permettre à tous les Maliens d’être au même niveau d’information ?

Pas question ! Ce référendum se tiendra le 09 juillet. Un point c’est tout !

Tiébilé Dramé disait, lors de sa conférence de presse, tenue le week-end dernier, que « c’est une révision constitutionnelle pour rien, à l’exception de la volonté de créer un monarque, un Mansa ». Qu’en dites-vous ?

Par respect pour vos lecteurs, je ne répondrai pas à cette question.

Mr le président, pourquoi le Mali n’a pas eu la même réaction que le Sénégal ou la Mauritanie face au financement des Groupes terroristes par le Qatar ? Pourtant, notre pays n’est pas moins concerné par le terrorisme que ces deux pays voisins.

Nous avons choisi une ligne médiane, en appelant à un dialogue entre tous les pays concernés par cette affaire.

Tout le monde sait, Mr le président, que c’est le Qatar qui finançait le Groupe terroriste Ansar Dine d’Iyad Ag Ghali.

Et alors ? Est-ce le Qatar finance encore Ansar Dine ? C’est ça la vraie question.

Dans quelques heures, vous allez vous envoler pour l’Allemagne, à l’invitation de la Chancelière Angela Merkel. Peut-on savoir le motif de cette visite en Allemagne ?

Officiellement, c’est pour aller discuter des investissements en Afrique ; mais officieusement, La chancelière m’invite pour aller gouter sa sauce à base de pât e d’arachide. Histoire de savoir si, elle est cuite à point. Je te rappelle, Le Mollah, que parmi tous les Chefs d’Etat africains, je suis le seul expert en matière de « Tiga déguè mafé ». En tant qu’arrière-petit-fils de Soundiata Keïta, j’ai cette expertise dans mes gênes. Ce n’est pour rien que Angela Merkel, elle-même m’appelle « Simbo » ou « Maninka Bourama ».

Mr le président, que répondez-vous à mon confrère, B.S. Diarra du journal « La Sentinelle » qui, dans un article intitulé « Qatargate », dit que « Bamako a manqué de courage et de clairvoyance » ?

Ecoute, Le Mollah, je ne réponds pas à cet emmerdeur de B.S. Diarra. Il est prêt à tout pour me mettre sur les nerfs. D’ailleurs, toi, le Mollah, B.S Diarra, Adama Dramé… vous êtes tous des emmerdeurs professionnels.
Continuez comme ça ! Tôt ou tard, vous me le paierez cher, très cher, trop cher ! Moi, je ne vous réclamerai pas 4 milliards CFA de dommages et intérêts ; c’est trop petit. Quand la justice va condamner vos petits journaux à me payer 300 milliards CFA pour vos emmerdements et 150 milliards CFA d’intérêts, vous saurez, ce jour-là, que le « Kankélintigui » que je suis, ne rigole pas.

C’est une menace, Mr le président ?

Non, c’est une promesse !

Propos recueillis
par Le Mollah Omar

Source : aBamako

aBamako
  • boukharyamidiawara

    je comprends pas les paroles du président on dirais quelqu’un qui rigole

  • kabapapa042

    IBK n’est pas normal ce pays la n’a pas de c