Modibo Sidibé, ancien Premier ministre du Mali à propos du projet de révision constitutionnelle : « Il faut voter NON à ce projet s’il est maintenu »

78

L’Assemblée nationale a adopté, le samedi 3 juin 2017, le projet de loi portant révision de la constitution de 1992 à la majorité des 111 voix pour, 35 voix de l’opposition ont voté contre, zéro abstention. Pour Modibo Sidibé, ancien Premier ministre, Président de FARE ANKA WULI ce projet de révision constitutionnelle est inopportun et illégitime. «Il faut voter NON à ce projet s’il est maintenu. Comme le rouge manifeste le NON, il faut dire NON par le rouge et également que ce rouge serve à dire que c’est un carton rouge à l’endroit de la gouvernance que nous connaissons jusqu’à présent », explique-t-il.
Assurance LAFIA bon ramadan 2017

« Il est clair que nous ne voulons pas de ce projet, il est inopportun. Ça n’a aucune légitimité et nous devons dire que s’il doit avoir réforme constitutionnelle, ça doit être à l’issue d’un grand débat national de l’ensemble des Maliens et des Maliennes. On ne peut pas faire basculer le Mali d’un paysage institutionnelle à un autre sans que les Maliens ne se soient pleinement imprégnés du sujet. Quelle légitimité ? Un projet de plusieurs pages qui n’a pas été présenté ni dans son esprit, ni dans son contenu et qu’on voudrait appeler les Maliens à dire OUI ou NON à l’espace d’un mois. NON et NON. Il faut voter NON à ce projet s’il est maintenu.
Comme le rouge manifeste le NON, il faut dire NON par le rouge et également que ce rouge serve à dire que c’est un carton rouge à l’endroit de la gouvernance que nous connaissons jusqu’à présent. On l’a dit à plusieurs reprises : l’essence d’une démocratie c’est dans le débat public autour d’un projet commun. Et justement, peut-on avoir un projet commun plus qu’une constitution dans un pays ? Donc c’est au bout du débat public que ce projet sera commun, que les Maliens pourraient éventuellement le voter.

En dehors de ça c’est illégitime ! C’est inopportun et c’est illégal. Il faut qu’ils comprennent définitivement qu’une réforme institutionnelle ce n’est pas une course contre la montre. Et qu’on arrête ce gâchis politique, de rater l’occasion de faire débattre la constitution malienne, de ce gâchis financier, de se précipiter dans un référendum qui certainement s’il se tenait n’apportera pas grand-chose et que les Maliens seraient appelés plus tard à véritablement refonder leurs institutions, à refonder leur Etat. Donc c’est inopportun, si la sagesse domine, je pense que mieux vaut retirer ce projet.
Propos recueillis par Sidiki Adama Dembélé

Source : aBamako

aBamako