Mali: Trump hésite à soutenir le financement par l’ONU d’une force anti-djihadistes

8

Trump et Macron s'écharpent sur le financement d'une force de lutte contre le terrorisme au Mali. Washington pourrait opposer son veto à la proposition française.

Paris cherche à convaincre Washington. Les Etats-Unis sont très réservés à l'idée de laisser l'ONU appuyer politiquement et financièrement une force militaire africaine anti-djihadistes dans le Sahel. Le différent repose sur le financement de cette force de 5000 hommes constituée par le G5 Sahel, composé du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Burkina Faso.

Un premier texte retoqué
Un premier projet de résolution, présenté mardi dernier, proposait que cette force militaire puisse "utiliser tous les moyens nécessaires" pour "combattre le terrorisme, le trafic de drogue et le trafic de personnes".

Cependant, ce texte manquait de précision selon les Etats-Unis, estimant même qu'une simple déclaration du Conseil, plutôt qu'une résolution, pourrait être suffisante. "Nous trouvons le mandat de cette force beaucoup trop large, manquant de précision", a expliqué un responsable américain, craignant que cela ne "crée un dangereux précédent" en autorisant l'usage de la force pour une large palette d'activités.

Une nouvelle mouture du texte a alors été dévoilée au Conseil de sécurité vendredi. Cette version insiste sur l'action de cette force contre le terrorisme, en précisant que les groupes armés ciblés figurent sur la liste des groupes terroristes des Nations unies.

"Le vrai problème, c'est l'argent"
L'Union européenne a déjà accepté de verser 50 millions d'euros pour cette force régionale, mais Washington et Londres ne veulent pas utiliser de fonds des Nations unies pour cette opération. "Le vrai problème, c'est l'argent", a insisté un diplomate du Conseil de sécurité qui a souhaité conserver l'anonymat.

"Nous soutenons le principe d'une force conjointe du G5 Sahel comme important exemple potentiel des efforts africains pour combattre l'extrémisme", a repris le diplomate américain. "Mais une résolution du Conseil de sécurité n'est pas toujours la seule, ni la plus sage des solutions pour offrir un soutien politique."

Selon Foreign Policy, la France presse pour qu'un vote intervienne dans la semaine.

La France a lancé une intervention militaire internationale d'urgence en 2013 pour stopper des groupes djihadistes, proches d'Al-Qaïda, qui occupaient le nord du Mali. L'opération Serval, depuis devenue Barkhane, se poursuit encore dans cinq pays (Tchad, Niger, Mali, Mauritanie, Burkina Faso) de la bande sahélo-saharienne. Des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes.

Source : aBamako

aBamako